Fin de l'affaire Muller: les réactions politiques

Abandon des plaintesLe barman du MàD et le conseiller d’Etat Mark Muller ont renoncé à leurs plaintes. Réactions de la classe politique genevoise

Image: Magali Girardin/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le barman du MàD et le conseiller d’Etat Mark Muller ont renoncé à leurs plaintes. Réactions de la classe politique genevoise

Céline Amaudruz, présidente de l'UDC

Formellement, Mark Muller peut continuer son travail alors qu’une faute de ce genre aurait signifié un licenciement pour faute grave dans l’économie privée. Je ne demande pas sa démission, mais je pense qu’il devrait se remettre en question. Depuis un mois, il ne fait certainement rien d’autre que de s’occuper de cette affaire. Sa crédibilité est atteinte, s’il reste pour éviter une élection partielle et pour compléter sa retraite, c’est triste. L’intérêt du pays devrait primer ».

Yvan Rochat, président des Verts

«Dans son communiqué, Mark Muller reconnaît avoir attaqué le barman le 31 décembre. Il est quand même surprenant qu’il lui ait fallu un mois pour le reconnaître. Il est revenu sur ses premières déclarations. Il a ainsi manifestement tergiversé et menti démontrant une immaturité d’autant plus inquiétante que l’Etat de Genève gère huit milliards de francs. Mon souci porte sur l’avenir du Conseil d’Etat. Vu la situation, M. Muller sera-t-il à l’avenir capable de faire son travail ? »

Eric Stauffer, président du MCG

«Tant mieux pour Mark Muller si une transaction à 50 000 francs lui a permis d’acheter son innocence ! Mais cette affaire marque la fin du Conseil d’Etat, dont l’électroencéphalogramme est plat, embourbé qu’il est dans les affaires les plus ridicules et qui n’apporte pas de solutions aux problèmes de logement, de circulation et de travail des Genevois. Les électeurs jugeront. »

François Gillet, président du PDC

«Sur le principe, le fait qu’il y ait un accord à l’amiable entre Mark Muller et le barman ne me paraît pas négatif. Bien-sûr, on peut regretter qu’il reste des zones d’ombre dans cette affaire privée devenue publique. Mais c’est ainsi. Mark Muller est-il fragilisé ? Au PLR et au Conseil d’Etat de l’apprécier, pour ce dernier en particulier sous l’angle des liens de confiance. L’important est désormais pour Mark Muller de prouver qu’il va peut mener à bien les projets dont Genève a besoin. Il a des dossiers importants en main et c’est sur ces aspects que son travail sera jugé».

Réaction de René Longet, président du PS

«L’accord passé permet d’éviter la manifestation de la vérité. Mais on voit que la nouvelle version de M. Muller ne coïncide pas avec la première. Il a donc menti et cet arrangement, s’il est une victoire juridique pour M. Muller, est aussi une défaite morale. Comment fera-t-il désormais son travail ? Je suis par ailleurs choqué de l’attitude du PLR. Le parti veut tourner la page, comme si tout était réglé. C’est l’inverse de l’affaire Hainard et c’est une erreur, car, en refusant de se séparer de Mark Muller, le PLR s’identifie à lui et à son destin. Le parti va désormais traîner le boulet dont il n’a pas voulu se débarrasser jusqu’aux prochaines élections ».

Réaction d’Alain-Dominique Mauris, président du PLR

«Cette affaire privée se solde par un accord à l’amiable, qui démontre que M. Muller n’a pas roué de coup son contradicteur, ni étranglé, ni menacé de mort, contrairement aux rumeurs. Cela étant, il a commis une grave erreur et le reconnaît. Mais si la victime est satisfaite, le parti ne peut pas ne pas l’être. La perspective de sa démission, que je n’ai jamais prise en compte, s’éloigne donc. Le parti doit maintenant s’atteler à rédiger son projet pour Genève en vue des élections. Nous verrons en partant de projet qui pourra le porter au mieux ». (TDG)

Créé: 08.02.2012, 15h18

Il l'a dit le 14 janvier

Déclarations faites par Mark Muller le 14 janvier 2012.

« Je me suis dirigé vers le barman pour lui demander des explications, pour lui reprocher, semble-t-il, d’avoir frappé mon amie. Et, à ce moment-là, nous nous sommes empoignés, assez virilement je dois dire et après une empoignade qui a peut-être duré dix à quinze secondes environ, nous avons été séparés. Voilà ce qui s’est passé. »

« Je vous ai présenté les faits comme ils se sont produits »

« Je n’ai donné aucun coup, j’en ai reçu un ou deux, oui »
F.C.

Articles en relation

Mark Muller a reconnu ses torts face au barman

Genève Le conseiller d'Etat et l'homme avec qui il a eu une altercation la nuit de la Saint-Sylvestre sont arrivés à un accord. Le magistrat reconnaît avoir unilatéralement agressé l'homme. Plus...

Affaire Mark Muller: les plaintes ont été retirées !

Altercation au MàD Le barman du MàD et le conseiller d’Etat Mark Muller ont renoncé à leurs plaintes. L’enquête s’arrête là. Plus...

Les milieux de la construction et de l’immobilier volent au secours de Mark Muller

CONTRE-OFFENSIVE Le départ du conseiller d’Etat libéral serait désastreux, assurent les acteurs de la construction. Plus...

Affaire Muller: le Conseil d’Etat espère pouvoir tourner la page

REACTION Pierre-François Unger espère que le retrait de la plainte contre Mark Muller permettra au Conseil d’Etat de se remettre à travailler normalement. Plus...

Des témoins ont démonté la version de Mark Muller

Altercation du MàD Les témoins auditionnés vont dans le sens du barman. La preuve en trois points. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...