Faute de place, Genève perd l’Africa CEO Forum

CongrèsLe sommet phare du secteur privé africain, qui s’est souvent tenu dans le canton, aura lieu à Kigali en 2019. Malgré le lobbying des autorités.

Le prochain Africa CEO Forum ne se tiendra pas à l’hôtel Intercontinental.

Le prochain Africa CEO Forum ne se tiendra pas à l’hôtel Intercontinental. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans le milieu, c’est un coup de tonnerre. Le prochain Africa CEO Forum, ce congrès phare qui réunit le gratin des économies africaines chaque printemps, ne se tiendra pas à Genève. Ses organisateurs, le groupe Jeune Afrique et la société suisse Rainbow Unlimited, ont annoncé cet été qu’il aura lieu à Kigali, capitale du Rwanda. Le sommet, qui attire chaque année plus de monde, serait désormais trop grand pour Genève.

À première vue, qu’un tel événement soit organisé en Afrique fait sens. Mais l’Africa CEO Forum s’est régulièrement déroulé dans le canton par le passé. Il a vu le jour à Genève et la société qui l’organise, une joint-venture entre Jeune Afrique et Rainbow Unlimited, est domiciliée au centre-ville. L’Hôtel Intercontinental a accueilli quatre de ses six éditions.

«Manque d’infrastructures»

En mars, le forum a eu lieu à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Pierre Maudet, ministre en charge de l’Économie, s’y était rendu, accompagné de Vincent Subilia, directeur général adjoint de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG), d’un haut fonctionnaire et de l’UNIGE, pour inciter ses organisateurs à le faire revenir au bout du Léman.

À Abidjan, les Genevois affichaient leur optimisme. Ils pensaient que le congrès se tiendrait désormais un an sur deux sur leurs terres et qu’il allait donc revenir en 2019 dans le canton. Mais les sourires se sont crispés à la fin de juillet, quand Pierre Maudet a appris que la ville de Kigali avait finalement été retenue.

Les enjeux sont importants pour le canton, en termes d’image comme de retombées économiques directes, évaluées à 1,5 million de francs par édition par Genève Tourisme & Congrès.

Est-ce que les critiques qui ont pu, lors de précédentes éditions, regretter que l’Africa CEO Forum ait lieu en dehors du continent ont pesé dans la balance? «Pas du tout», répond Michael Rheinegger, associé de Rainbow Unlimited. Les atouts de Genève – sa neutralité, ses organisations internationales, ses négociants, son aéroport proche – demeurent, souligne le coorganisateur du forum. Et Paul Kagame, l’influent président rwandais, a-t-il fait la différence? Beaucoup le pensent.

«Le congrès recense simplement un nombre croissant de participants, trop désormais pour les infrastructures de Genève, pointe Michael Rheinegger, et Palexpo (ndlr: que le groupe en quête d’un lieu a visité ce printemps), pas assez haut standing pour notre concept, n’est pas une option pour nous.»

Les limites de Genève

Jeune Afrique et Rainbow Unlimited cherchent un seul endroit pour loger les participants et organiser le congrès, une condition essentielle pour favoriser le networking et pour des raisons de logistique.

En 2017, durant la dernière édition du congrès dans le canton, l’Hôtel Intercontinental avait dû installer une immense, et coûteuse, tente sur sa piscine, et à l’intérieur on était serré. En mars à Abidjan, le congrès a attiré 1600 personnes, 20% de plus que l’année précédente à Genève. Au Rwanda, elles devraient être davantage encore.

Kigali vient d’inaugurer un immense centre de congrès jouxtant un établissement cinq étoiles tout aussi important que celui de l’hôtel Sofitel d’Abidjan. Ce dernier, qui a accueilli le forum cette année, propose 45% de surface pour des conférences de plus que l’Hôtel Intercontinental à Genève, pour un prix plus abordable.

Pierre Maudet «déçu»

«Nous ne pouvons qu’être déçus du choix de Kigali pour l’édition de 2019», indiquent les services de Pierre Maudet, sans préciser s’ils tenteront de faire revenir le sommet en 2020. «La CCIG, l’État, Genève Tourisme & Congrès, l’Hôtel Intercontinental et des partenaires publics et privés ont déployé collectivement des efforts conséquents pour que l’édition 2019 se tienne à Genève, indique de son côté Vincent Subilia. Nous espérons accueillir à nouveau le forum en 2020.»

Genève manque-t-il d’infrastructures pour ce faire? «Disposer d’un centre de congrès de haut standing, doté d’un établissement hôtelier, fait désormais partie de l’offre standard des villes concurrentes de Genève, à l’instar de la capitale du Rwanda», soupire Vincent Subilia.

Claude Membrez, directeur de Palexpo, estime pour sa part que d’autres hôtels genevois auraient pu accueillir le congrès, du Kempinski au Starling en passant par le Mövenpick, et que si la demande était suffisamment importante pour disposer d’un plus grand centre dans le canton, il existerait déjà.

Quant à Didier Allaz, directeur de Genève Tourisme & Congrès, il souligne que l’Africa CEO Forum, qui veut réunir ses participants sous le même toit, est un cas spécifique, la plupart des autres conférences de cette taille se répartissant en général sur divers lieux. (TDG)

Créé: 14.08.2018, 19h37

Articles en relation

L’histoire, si genevoise, de l’Africa CEO Forum

Promotion économique Le gratin des économies du continent se réunit à Abidjan lundi et mardi. Une forte délégation genevoise est présente, pour assurer le retour du forum au bout du lac. Plus...

Genève, capitale éphémère de l’Afrique

Africa CEO Forum Le gratin des économies africaines se réunit à l’hôtel Intercontinental. Le canton peut à plusieurs titres prétendre à être un carrefour du continent noir. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...