Faire vivre la science, c’est encore tout un art

Sciences et découvertesÀ l’occasion de la 12e édition de la Nuit de la science, même le Campus Biotech ouvre ses labos.

À chaque édition, des animations sont prévues spécifiquement pour les scientifiques en culottes courtes.

À chaque édition, des animations sont prévues spécifiquement pour les scientifiques en culottes courtes. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tous les deux ans depuis l’an 2000, les Genevois et les Français voisins assistent sans le savoir à un petit miracle qui n’a rien de scientifique: la Nuit de la science refleurit. Un prodige qui cette année aura lieu les 7 et 8 juillet, et dont on connaît désormais la formule magique: un soupçon d’enthousiasme, une pluie de bonnes volontés, un brin de conviction saupoudré de financements toujours plus difficiles à dénicher, le tout arrosé d’amour pour la chose scientifique.

Le chef d’orchestre de cet événement biennal, c’est Gilles Hernot, médiateur culturel au Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève. «À chaque édition, nous choisissons une nouvelle thématique. Pour cette année, nous avons opté pour Tout un art?» explique-t-il.

Objectif? Rappeler que pendant longtemps, on ne distinguait pas les sciences de l’art, mais aussi qu’il existe un véritable savoir-faire scientifique, semblable à l’artisanat. «Mais ensuite, comme à chaque fois, cette thématique est laissée à la libre interprétation des intervenants et on fait le plein de surprises, s’amuse Gilles Hernot. Certains ont pris le mot «art» au pied de la lettre et ont choisi, par exemple, de montrer la beauté de leur objet de recherche. Cela nous ravit, c’est ce qui rend cette manifestation si riche!»

Effectivement, la formule fonctionne. Année après année, petits et grands se pressent toujours plus nombreux au parc de la Perle du Lac, le long des stands tenus par des chercheurs et des professeurs bénévoles. On y découvre, on y apprend, on y comprend, on y décrypte les mécanismes de la nature. Et cette année, même le cerveau révélera exceptionnellement ses secrets puisque pour la première fois, le Campus Biotech, cœur de l’initiative de recherche Blue Brain Project, ouvre ses labos au grand public.

Olivier Delaneau, jeune chercheur au Département de médecine génétique et développement de la Faculté de médecine de l’Université de Genève, participe pour la première fois à l’opération et se réjouit de cette initiative: «Je trouve qu’il est de la responsabilité des scientifiques de rendre leur matière accessible au plus grand nombre, nous devons communiquer toujours plus et mieux. Il y a toujours un moyen d’expliquer simplement les choses, même celles qui semblent compliquées. Il n’y a pas d’âge pour avoir une révélation. Et si au passage, on peut créer des vocations, c’est encore mieux!»

Il saute donc sur l’occasion pour vulgariser un domaine qu’il connaît bien: le séquençage du génome*. Pour lui, il s’agit avant tout de faire aimer une matière considérée trop souvent comme barbante, incompréhensible au commun des mortels, inutile ou dangereuse, quand ce n’est pas un doux mélange de tout ça. «Qu’il s’agisse de la santé personnalisée, de médecine de précision ou de recherche biomédicale, l’analyse du génome va prendre de plus en plus d’ampleur dans les années à venir. Or il se trouve que nous avons la chance d’avoir à Genève le premier centre de génomique de Suisse. Il me semble essentiel que la population le sache et qu’elle sache également ce qui s’y passe.»

Et Gilles Hernot d’abonder dans ce sens: «À une époque où le tweet d’une star de télé-réalité a plus d’importance aux yeux du public qu’un travail de recherche, il est urgent de se démener pour continuer à faire vivre la science.»

Nuit de la science Les 7 et 8 juillet 2018 au parc de la Perle du Lac et au Campus Biotech. Infos, horaires et programme sur www.lanuitdelascience.ch

«Centre de génomique santé 2030: l’analyse du génome au service de la santé personnalisée, de la médecine de précision et de la recherche biomédicale» Samedi 7 juillet, de 14 h à minuit, et dimanche 8 juillet, de 12 h à 19 h, au Campus Biotech, bâtiment H4-01

(TDG)

Créé: 29.06.2018, 20h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...