Et le meilleur vin genevois de l’année est…

TerroirMercredi soir avait lieu la cérémonie de la Sélection des vins de Genève. Un pinot noir de Peissy remporte la palme.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est la consécration pour Philippe Plan. Le vigneron de la Cave Les Crêtets, à Peissy, a remporté mercredi, grâce à son pinot noir, le Sanglier de bronze, trophée du meilleur cru genevois du millésime 2014. Et comme si cela ne suffisait pas, il a aussi reçu le Renard de bronze, décerné par les cafetiers-restaurateurs pour son cabernet franc 2013.

La cérémonie de la Sélection des vins de Genève a eu lieu ce mercredi soir dans la cour de l’Hôtel de Ville, en présence de la comédienne Brigitte Rosset, marraine du millésime, et du conseiller d’Etat, Luc Barthassat, entre autres personnalités. Figurait aussi au palmarès l’assemblage rouge «Mathurin» du Domaine de Chafalet, à Dardagny, distingué par le Marcassin de bronze, prix des jeunes de l’Ecole hôtelière de Genève. Ainsi que le chasselas du Domaine des Alouettes, à Satigny, qui reçoit le Prix de la presse. Et enfin le Domaine Les Perrières repart avec le Trophée tradition pour avoir obtenu la meilleure moyenne avec son chasselas et son gamay. Il a aussi remporté pas moins de neuf médailles d’or, un record cette année.

Soixante dégustateurs ont passé au crible plus de 650 vins, dont 56 ont reçu une ou plusieurs médailles d’or. Comme d’habitude, le chasselas et le gamay sont les cépages les plus représentés dans le concours. Rien d’étonnant, puisqu’ils constituent les deux tiers de la production genevoise, même si leur hégémonie a été un peu égratignée depuis une quinzaine d’années. Alors que le chasselas a longtemps compté pour la moitié de tous les vins produits à Genève (et même plus de 60% en 1982, année record), sa part du gâteau n’est plus que de 29,3%. Parmi les vins blancs, il est passé de plus de 80% des cépages cultivés à 62%, au profit notamment du chardonnay (de 2% en 1989 à 13% en 2014). Même constat pour le gamay, qui constitue 29,1% de la production totale: jusqu’en 1998, il représentait 80% des vins rouges, alors qu’aujourd’hui, il a chuté à 55%. L’un des cépages rouges qui a le vent en poupe est le gamaret (de 2% des vins rouges en 1996 à 11% aujourd’hui). (TDG)

Créé: 17.06.2015, 21h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...