Enfants placés: Genève se dit prêt à les soutenir

Aides aux victimesUn collectif se bat pour les personnes maltraitées lors de leur placement. Mauro Poggia a entendu certains de ses membres.

Le conseiller d'Etat Mauro Poggia.
Vidéo: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une table, une imprimante et une machine à café. C’est dans un modeste local de la rue Baulacre que Jean-Louis Claude reçoit. A 72 ans, loin de se replier sur son histoire, ce touche-à-tout, ancien journaliste, se démène pour soutenir ses contemporains à la recherche d’une dignité perdue.

Ceux qui comme lui, alors qu’ils étaient enfants, ont été retirés à leurs parents et placés. Une enfance parfois brisée, une vie à traîner des cauchemars. Jean-Louis Claude a créé le collectif Enfance volée. Mercredi passé, certains de ses membres ont rencontré le conseiller d’Etat Mauro Poggia.

Ce dernier pourrait revenir sur une décision qui a suscité une vive émotion. En avril, le Conseil d’Etat a en effet refusé de participer au fonds d’aide immédiate que Berne veut mettre en place pour soutenir ces victimes. Motif: Genève ne serait que peu concerné par cette affaire.

Mauro Poggia reconnaît que la décision de Genève de ne pas participer au fonds d’aide a pu être «mal comprise». «Nous partions de l’idée que nous voulions offrir quelque chose de mieux. Certains ont pensé que nous voulions nous défiler. Je souhaite que le Conseil d’Etat réexamine sa décision.»

Raconter leur calvaire

D’emblée, plusieurs personnes ont appelé le journal. Pour dire que Genève se trompe, pour raconter leur calvaire, elles qui ont été placées par les autorités de tutelle de Genève dans des familles d’accueil ou des foyers, souvent dans leur canton d’origine. Combien sont-elles? «J’ai reçu une centaine d’appels ces deux dernières années, relate Jean-Louis Claude. La plupart de ces personnes se sont établies à Genève une fois adultes. Mais au moins vingt d’entre elles sont des petits Genevois.» Ce chiffre ne serait que la pointe de l’iceberg. «La plupart veulent oublier.»

Développement dans nos éditions papier, électronique et tablette du mercredi 4 juin. (TDG)

Créé: 04.06.2014, 08h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Lancy ouvre ses parcs aux vélos
Plus...