En 2017, il réussit son master et devient champion suisse de kart

SportsNicolas Rohrbasser, 26 ans, a survolé le championnat national. Il rêve désormais d’Europe… S’il trouve le financement nécessaire.

Nicolas Rohrbasser a réussi un parcours sans faute cette année et lorgne désormais le Championnat d’Europe.

Nicolas Rohrbasser a réussi un parcours sans faute cette année et lorgne désormais le Championnat d’Europe. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur les circuits, rien ne semble pouvoir arrêter Nicolas Rohrbasser. À 26 ans, ce Genevois vient de remporter le titre de champion suisse de karting, en catégorie KZ2. «C’est la plus difficile, la seule où les engins sont munis d’une boîte de vitesses», explique le jeune homme. Son bolide, puissant, peut atteindre les 150 km/h. «À ce niveau-là, le kart est un vrai sport pour lequel il faut s’entraîner sérieusement», assure-t-il, lui qui s’astreint à des séances de musculation quasi quotidiennes.

Si la forme physique est au top, la tête est aussi bien faite. L’habitant du Grand-Saconnex vient d’ailleurs de réussir son master en communication et médias à l’Université de Genève. De quoi influencer la suite de sa carrière… sportive. «L’idéal serait de trouver un travail à 50% dans le domaine digital, référencement et développement de sites Web», confie le pilote. Car l’an prochain, il désire participer à quatre manches du Championnat d’Europe. Et pour cela, il faut de l’argent! «Mon budget tournera autour des 30 000 à 40 000 francs», estime-t-il.

Une petite école de pilotage

Nicolas Rohrbasser n’est pourtant pas resté inactif jusqu’ici. «Depuis environ trois ans, j’ai monté une petite école de pilotage de kart, la Rohrbasser Driving School. Je fonctionne comme coach indépendant. Je me déplace sur les circuits, notamment sur celui de Vuitebœuf, près d’Yverdon, mais aussi à l’étranger.» Cette activité lui rapporte-t-elle davantage que le titre national glané cette année? «En effet. J’ai gagné toutes les courses et empoché en tout 2500 francs!» sourit-il.

Pas de quoi se reposer sur ses lauriers, donc. D’autant que la recherche de gros sponsors dans le tout petit monde du kart en Suisse n’est pas aisée. «Notre sport n’est pas assez médiatisé, estime Nicolas Rohrbasser. Je peux heureusement compter sur le soutien de mon team, Spirit Karting, installé en Suisse alémanique, qui m’aide énormément, de même que l’entreprise Ulmaco, à Nyon. Mais pour financer une saison européenne, cela ne suffit pas.»

Devant Fernando Alonso

L’adrénaline version internationale, le jeune homme y a déjà goûté. Arrivé au karting par le loisir – «lors de vacances en Espagne», précise-t-il – il a eu la chance de participer au Championnat du monde KZ2 en 2013 à Varennes (F): «Je me suis classé 22e, sans aucun doute le plus beau résultat de ma carrière.»

Cette dernière est d’ailleurs constellée de titres divers, glanés sur les circuits en Suisse et à l’étranger. De quoi rêver de piloter un jour des monoplaces type Formule 2 ou autre? Car nombre de grands pilotes, y compris de F1, ont commencé par le kart… «Non, à 26 ans, je suis déjà trop vieux», lâche Nicolas Rohrbasser, sans regret dans la voix. «L’idée, aujourd’hui, est de participer à nouveau, un jour, à un championnat du monde, avec mon team Spirit. Ce serait génial.»

En attendant, il prépare activement la saison 2018, qui débutera véritablement en mars à Salbris (F). Et s’offre aussi quelques belles satisfactions, comme ce récent long week-end de compétition à Dubaï. C’était du 14 au 17 décembre, «j’étais invité ainsi qu’un autre pilote suisse par la compagnie d’aviation Emirates. J’ai gagné en catégorie Corporate et fini 9e au classement scratch.» Sourire en coin, le Saconnésien ajoute: «Il y avait de sacrés pilotes, notamment le double champion du monde de F1 Fernando Alonso. Et je l’ai dépassé durant la course.» (TDG)

Créé: 07.01.2018, 17h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...