Du changement s’annonce aux Halles de l’île

RestaurationLa société qui exploitait la brasserie est en faillite. La patronne a recréé une autre structure pour, dit-elle, financer des travaux.

La brasserie des Halles de l’île

La brasserie des Halles de l’île Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Brasserie des Halles de l’île serait-elle en perdition? L’annonce parue dans la Feuille d’avis officielle au début de septembre le laisse penser. On y découvre que la société BHL.ch a été mise en faillite. Or, cette entité, qui appartient à Helen Calle Lin, gérait justement la fameuse brasserie, toujours ouverte.

L’existence de cet établissement n’est pas anodine. Le bâtiment appartient à la Ville de Genève qui, il y a une quinzaine d’années, a eu bien du mal à lui trouver une vocation pérenne. Après d’interminables débats politiques, il a été transformé en brasserie et son exploitation a été confiée à Helen Calle Lin en 2009.

La Ville aurait-elle affaire à un nouveau restaurant maudit? Directrice de la Gérance immobilière municipale (GIM), Sylvie Bietenhader affirme que, du point de vue du bailleur, tout est en ordre. «Les loyers sont payés et aucun problème concernant les conditions de travail des employés n’a été signalé.» Elle précise que le bail est au nom même de la restauratrice et non pas de BHL.ch

Même son de cloche du syndicat Unia. Ce dernier avait dénoncé, en 2013, des violations de la convention collective. «Depuis lors, nous n’avons plus été interpellés», assure Audrey Schmid.

Liquidation

Pourtant, BHL.ch Sàrl qui, jusqu’en novembre 2016, s’appelait Brasserie des halles de l’île Sàrl, est bel et bien en liquidation. Et, selon nos informations, elle a été requise par la société elle-même. Difficile de savoir si BHL.ch traîne des casseroles. Un fournisseur nous assure que ses commandes sont payées.

De fait, l’exploitation de la brasserie a été reprise par Halles de l’île SA il y a plus de dix mois. «Je possède cette société et j’ai repris toutes les activités et les employés», déclare Helen Calle Lin. Pourquoi alors avoir mis BHL en faillite? «C’était une Sàrl, qui d’ailleurs n’avait plus d’activités liées à la brasserie depuis un an. Or, je veux faire des transformations qui nécessitent des crédits bancaires. C’est plus facile à obtenir avec une société anonyme.» Sur les travaux envisagés, la restauratrice ne dira rien, il est encore trop tôt.

Food trucks dans la librairie

Quoi qu’il en soit, le site ne manque pas de projets. Sur Facebook, des jeunes font signer une pétition pour réclamer que les locaux de la librairie Archigraphy, fermée en août, ainsi que ceux de la librairie d’art soient dévolus à des food trucks.

Cette halle aux food trucks est-elle réaliste? A voir. «Le locataire de la librairie détient le bail et m’a annoncé qu’il était sur le point de trouver un libraire pour reprendre les lieux», conclut la directrice de la GIM. Les halles n’ont pas fini de faire parler d’elles.

(TDG)

Créé: 11.09.2017, 19h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...