«Des taxis voleront sur le lac Léman prochainement»

MobilitéLe navigateur Alain Thébault, inventeur des SeaBubbles, a choisi Genève pour tester un service de navettes. Interview.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des taxis volants sur l’eau devraient être testés à Genève. Le concepteur des «SeaBubbles», Alain Thébault, a annoncé samedi au Figaro vouloir déployer son concept de mobilité au bout du lac, n’ayant pas obtenu les conditions d’accueil espérées à Paris. La société SeaBubbles Switzerland est en cours de création, confirme l’inventeur du concept. Et les discussions se poursuivent avec les autorités cantonales pour accueillir une première ligne pilote qui reliera deux communes genevoises.

– Pourquoi avez-vous choisi Genève pour déployer votre première ligne pilote?

– La Suisse dispose d’un écosystème extrêmement favorable aux nouvelles technologies: le savoir-faire, l’ouverture d’esprit et les moyens financiers. Ce n’est pas pour rien que Solar Impulse est né ici. Notre aventure est intimement liée à votre pays. Le chantier naval qui construit les Bubbles, Décision SA, est situé sur le lac Léman. Nous collaborons depuis longtemps avec l’EPFL. Et nous discutons avec plusieurs entreprises comme Leclanché, acteur mondial des batteries, ou ABB, qui dispose d’une grande expérience dans la technologie de recharge ultrarapide des batteries développée pour le bus TOSA. Enfin, nous avons été particulièrement touchés par l’accueil des autorités suisses et genevoises. Doris Leuthard a été la première cheffe d’Etat à voyager sur un Bubble.

– Quand va débuter la première liaison?

– Nous souhaiterions une mise en service des taxis volants sur le Petit-Lac au printemps 2018. Cinq navettes et leurs docks (ndlr: embarcadères auxquels les bateaux s’arrimeront et rechargeront leurs batteries) sont en cours de finition sur le chantier Décision. Mais il reste des écueils. Les Bubbles doivent encore être homologués en Suisse, il faut déterminer des emplacements pour les embarcadères et, enfin, comme l’a rappelé à la radio le magistrat chargé des Transports, Luc Barthassat, trouver un opérateur prêt à intégrer les Bubbles dans son réseau.

– Où en sont les discussions?

– Elles avancent. Le magistrat vient nous rencontrer cette semaine sur le chantier naval. Nous souhaitons collaborer avec les opérateurs locaux, soit les Mouettes genevoises et la CGN . Il reste à déterminer le meilleur moyen d’insérer notre concept dans le réseau Unireso. Nous disposons de la technologie, les Transports publics genevois du réseau et des données de flux de passagers. Ce sont les services du conseiller d’Etat qui détermineront la meilleure liaison possible pour effectuer le test.

– Combien coûtera un trajet en SeaBubble?

– Il est un peu tôt pour donner un prix de la course. Ce nouveau mode de transport non polluant doit être accessible au plus grand nombre. Pour l’heure, nous essayons de lever 100 millions de francs afin d’implanter le concept dans une vingtaine de villes dans le monde.

– Vous travaillez au bateau-taxi autonome avant même d’avoir testé une première ligne commerciale…

– La mobilité de demain sera autonome. Et un plan d’eau se prête particulièrement bien au développement de cette technologie car il y a énormément d’espace. A terme, l’utilisateur commandera son Bubble via une application mobile et se rendra au dock le plus proche.

– Va-t-on assister à un retour au transport sur l’eau?

– Les humains ont bâti les villes sur des points d’eau. Au départ, toutes les marchandises étaient transportées par voies fluviale, lacustre et maritime. Progressivement, ces dernières ont été abandonnées au profit du bitume et les voitures se sont empilées sur les berges. Toutes les grandes villes connaissent aujourd’hui les mêmes problèmes de congestion du trafic. Les SeaBubbles ne seront jamais un transport de masse, mais ils peuvent soulager les réseaux existants.

Créé: 22.10.2017, 19h11

Concept novateur

Le SeaBubble est un bateau 100% électrique qui se recharge à son embarcadère, lorsque les passagers montent et descendent. Il s’élève dans l’air dès 10 km/h grâce à ses foils, des dérives portantes. Ces bateaux disposent de cinq places (un chauffeur et quatre passagers). Ses concepteurs travaillent actuellement sur deux versions bus, capables de transporter 32 et 64 passagers.

Articles en relation

Un génie breton lance un projet de taxi-bateau

Transport nautique Alain Thébault innove en mobilité douce en mettant à l’épreuve un engin inédit, le «Sea bubble», créé à Ecublens. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...