Des taxis accessibles pour les handicapés

TransportsLes associations œuvrant sur le handicap jugent le projet de nouvelle loi trop peu contraignant.

Le député socialiste Cyril Mizrahi préside La fédération genevoise de leurs associations (FéGAPH)

Le député socialiste Cyril Mizrahi préside La fédération genevoise de leurs associations (FéGAPH)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En force depuis juin 2013, la Constitution genevoise le dit: «L’accès des personnes handicapées aux bâtiments, installations et équipements, ainsi qu’aux prestations destinées au public, est garanti.» Si la règle doit s’appliquer avec proportionnalité, les associations de personnes avec handicap comptent bien que les taxis n’y échappent pas. La fédération genevoise de leurs associations (FéGAPH) se déclare insatisfaite du projet de nouvelle loi sur les taxis, tel que le conseiller d’Etat chargé de l’Economie, Pierre Maudet, l’a présenté jeudi.

Le thème n’est pourtant pas oublié. La taxe annuelle de 1400 francs qui doit être imposée aux taxis, en contrepartie de leurs privilèges (accès aux stations et aux voies de bus), pourrait servir de levier pour obtenir des véhicules mieux adaptés aux personnes handicapées. Dans son exposé des motifs, le gouvernement envisage des rabais «comme instrument d’incitation».

«L’incitation peut être une solution intéressante dans un premier temps, admet Cyril Mizrahi, président de la FéGAPH. Mais je doute que cela suffise au vu des besoins, et je me demande quels en seront les effets réels. Il faut fixer des délais raisonnables pour que les nouveaux véhicules, puis le reste du parc soient accessibles. Cela peut d’ailleurs aussi intéresser les personnes âgées ou les familles qui n’auront aucun souci à embarquer une poussette dans un véhicule adapté. Ces voitures accessibles existent déjà et ne sont pas plus chères que les modèles du type Prius, très utilisés dans le transport professionnel.»

La FéGAPH pointe aussi le fait que les incitations envisagées par l’Exécutif ne concernent que les taxis, pas les autres voitures de transport avec chauffeur (VTC), qui ne seraient pas soumises à la taxe et qui incluraient des services du type Uber. La fédération souhaite que les personnes handicapées puissent à l’avenir prendre le taxi comme tout un chacun et que leurs besoins soient pris en compte lors du renouvellement du parc de véhicules. Cela se fait ailleurs. Par exemple, Toronto a fixé un délai à 2024 pour que les taxis puissent tous accueillir les personnes frappées d’un handicap. A Londres, c’est déjà le cas. (TDG)

Créé: 30.08.2015, 18h01

Articles en relation

Pierre Maudet veut réunir les taxis et accueillir Uber

Transport professionnel Le magistrat propose d’abolir la distinction entre bonbonnes bleues et jaunes. Plus...

La gauche lausannoise la «concurrence brutale» d'Uber

Taxi Le PS, les Verts et le POP proposent des mesures pour améliorer les règles actuelles en matière de taxis. Plus...

«Le paiement par mobile, c'est pour septembre!»

Taxiphone Annoncé mi-avril par la centrale de taxis genevoise, le règlement par smartphone va peut-être enfin voir le jour. Plus...

Pour le Tribunal fédéral, Uber peut rouler à Genève

Transports La bataille fait rage dans les tribunaux entre les taxis traditionnels et Uber. Les premiers essuient un nouveau revers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...