Des politiciens genevois s'écharpent autour d'un train tagué du Léman Express

BuzzL'élu socialiste Sylvain Thévoz se réjouit des graffitis, tandis que Christian Lüscher lui répond sans ménagement sur Facebook.

Image: DR Pierre Bayanet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous connaissez la dernière polémique du jour sur Facebook? La photo d'une nouvelle rame du Léman Express taguée sur tout le flanc, prise par Pierre Bayenet du parti SolidaritéS lors de l'inauguration en gare des Eaux-Vives jeudi 12 décembre, et partagée par le député socialiste Sylvain Thévoz, qui s'extasie sur son mur: «Voilà une véritable appropriation citoyenne! J’aime ma ville: le jour où un nouveau train y est inauguré il est immédiatement coloré. Ici c’est Genève», écrit l'élu au Grand Conseil genevois.

Diversement appréciée par ses amis, cette publication ne manque pas de faire réagir plusieurs politiciens. Marie Barbey-Chappuis, élue PDC et prétendante au Conseil administratif de la Ville au printemps prochain, fustige l'élu: «Chaque année, ce genre «d’appropriation» débile signifie que 15 millions sont jetés par les fenêtres, selon les chiffres de 2002... et ce n’est probablement pas mieux aujourd’hui. Avec 15 millions, on peut délivrer des prestations, créer des nouvelles lignes de transports en commun, engager des conducteurs», détaille-t-elle. Cette sortie est saluée par le pouce bleu de Nathalie Fontanet, conseillère d'État genevoise PLR.

Moins mesuré, le conseiller national PLR Christian Lüscher tonne: «Honte à toi et à tes propos stupides. Si j'étais ton père, je t'amènerais nettoyer cette rame à grands coups de pieds dans le c...»

Troisième politicien à se lancer en piste, Luc Barthassat, ex-conseiller d'État PDC qui vient d'annoncer son affiliation au MCG et espère accéder, tout comme Marie Barbey-Chappuis, au Conseil administratif de la Ville au printemps 2020, laisse aussi éclater sa colère, en toutes lettres majuscules. «SCANDALEUX! Je dénonce avec force ces propos tenus par un élu socialiste genevois. Honte à vous, Monsieur, qui appelez à la destruction du bien public. Honte au parti socialiste qui cautionne cette attitude irrespectueuse. Genève a besoin de valeurs et de respect!»

Joint au téléphone, Sylvain Thévoz, au Grand Conseil, entend encore répondre «à tous ces gens de droite» sur son mur virtuel. Il explique que son commentaire est mi-figue, mi-raisin: «Je trouvais assez fort que ce train soit tagué dès l'inauguration. Mon post est volontairement ironique et provoquant. Mais je trouve aussi que c'est un geste artistique créatif et politique transgressif intéressant.»

Pierre Bayenet, briguant aussi un mandat de conseiller administratif en Ville pour la prochaine législature, partage la nuance de son confrère de gauche. «C'est difficile d'avoir une opinion claire, comme avec le mur des Réformateurs recouvert de peinture l'été dernier. Je trouve ces graffitis très beaux, même si je préférerais que les artistes puissent s'exprimer sans que cela coûte de l'argent pour les nettoyer.» Et de citer les clitoris dessinés à la craie par des activistes féministes l'été dernier.

Sur le mur Facebook de Sylvain Thévoz, le feuilleton continue, à l'heure où nous rédigeons ces lignes.

Créé: 13.12.2019, 14h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon de l'auto annulé
Plus...