Des communes veulent limiter le nombre d'élèves frontaliers

EcoleBardonnex et Troinex exigent des moyens supplémentaires pour accueillir dans leurs écoles les enfants vivant en France.

Image: Dominique Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Troinex et Bardonnex ne veulent plus assumer seules l’accueil des élèves frontaliers dans leurs écoles. Les maires ont récemment écrit au Conseil d’État pour demander une réduction du nombre d’enfants vivant en France dans leurs établissements. «Nous n’avons rien contre les élèves frontaliers, rassure d’emblée Alain Walder, maire de Bardonnex, cité par 20minutes. Nous exigeons simplement de la part du Canton qu’il répartisse mieux ces enfants dans les communes ou qu’il nous alloue les moyens financiers afin que nous puissions les accueillir sans grever nos budgets.» La part d’élèves frontaliers atteint respectivement 19,5% et 12,14% dans ces deux localités.

Déjà conscient de cette problématique, le Conseil d’État avait annoncé en novembre qu’il limitera le nombre d’élèves exogènes l’année prochaine. Mais pour les maires de Troinex et Bardonnex, cette mesure n’est pas suffisante. «Cela ne répond pas à nos préoccupations, confie Alain Walder. Les effets ne se feront sentir qu’à moyen terme, or nous sommes confrontés à des décisions importantes et urgentes.» La taille et le coût des nouvelles écoles projetées dans ces deux communes dépendent en partie du nombre d’élèves frontaliers qui seront acceptés.

Avec d’autres communes, Troinex et Bardonnex vont demander la mise en place d’un groupe de travail au sein de l’Association des communes genevoises (ACG). Thierry Apothéloz, président de l’ACG, se dit prêt à entamer une réflexion sur la répartition et les coûts engendrés par les élèves vivant en France. (TDG)

Créé: 27.12.2017, 10h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...