De l’eau potable genevoise dans les robinets français?

GenèveUne motion propose d’alimenter nos voisins en eau, pour limiter les pompages aux sources des rivières transfrontalières.

Image: Christophe Ebener

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La solution pour protéger les rivières genevoises de la sécheresse passe par la France voisine. C’est ce que postule une motion du Grand Conseil, qui suggère de partager nos ressources en eau potable avec nos voisins. Le but est de limiter les prélèvements aux sources des cours d’eau transfrontaliers, car ils ont un impact sur le débit de ces derniers. La proposition, récemment acceptée par neuf voix et six abstentions en commission des affaires communales, régionales et internationales, devrait être mise au vote à la prochaine séance plénière.

Cet été et cet automne, plusieurs rivières du canton de Genève ont connu des débits historiquement bas, certaines ayant même été à sec sur une partie de leur tracé. Cette situation, qui s’aggrave d’année en année, est en grande partie due à la sécheresse et au réchauffement climatique. Mais les pompages d’eau à la source en France voisine ne font qu’accentuer le problème, car ils affectent le débit des cours d’eau genevois qui, à l’exception de la Seymaz, viennent tous de France. «L’eau est pompée directement à la source et injectée dans le réseau d’eau potable sans jamais voir le lit de la rivière», déplore la députée suppléante Christina Meissner (PDC), auteure de la motion. Elle rappelle que le comité régional franco-genevois et le projet d’agglomération ont recensé en 2011 plus de 320 points de captage distribuant annuellement 100 millions de mètres cubes d’eau, un nombre dont on prédit l’augmentation à 140 millions ces prochaines années. En effet, la France voisine connaît une forte croissance démographique.

Pour pallier ce problème, Christina Meissner propose de mutualiser les ressources hydriques de la région, en particulier l’eau du lac Léman, «un réservoir quasi illimité d’eau d’une qualité exceptionnelle», qui assure 90% de l’approvisionnement de Genève en eau potable. En 2017, le canton y a ainsi puisé plus de 52 millions de mètres cubes du précieux liquide. En comparaison, les régions françaises limitrophes de Genève consomment au total environ 11 millions de m3 d’eau potable par an. Et il ne s’agirait pas de couvrir l’entier de leurs besoins, puisqu’elles bénéficient aussi de l’apport des nappes phréatiques. Auditionné par la commission, le chef de projet environnement au Grand Genève, Hervé Fauvain estime cependant qu’il est plus sage de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, même si le Léman est une ressource énorme.

Les services de l’environnement genevois et français planchent déjà sur la question mais la motion vise à donner un coup d’accélérateur: «Le problème est connu et étudié depuis une vingtaine d’années, souligne Christina Meissner. Il est plus que temps d’en faire une de nos priorités.»

Concrètement, il s’agirait de raccorder les zones frontalières françaises au réseau des Services industriels de Genève (SIG), à l’instar de ce qui se fait déjà sur la Côte avec les Services industriels de Terre-Sainte et Environs (SITSE), qui fournissent une partie de l’eau du Pays de Gex. A priori, une telle coopération devrait être possible. Après tout, Genève et la France voisine collaborent déjà avec succès depuis quarante ans pour gérer conjointement la nappe phréatique du Genevois. De plus, une partie des eaux usées du Pays de Gex est traitée depuis 2009 dans la station d’épuration genevoise du Bois-de-Bay, ce qui a permis d’arrêter de la déverser directement dans les rivières. Antoine Grosjean

Créé: 18.12.2018, 17h24

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...