Coronavirus: les experts démêlent le vrai du faux

EpidémieL’Université de Genève fait le point sur le taux de mortalité et les risques de contagion.

Mardi, avant l’annonce du premier cas de contamination suisse au Tessin, un panel d’experts s’est réuni à Uni Dufour pour répondre aux questions du public et démêler le vrai du faux.

Mardi, avant l’annonce du premier cas de contamination suisse au Tessin, un panel d’experts s’est réuni à Uni Dufour pour répondre aux questions du public et démêler le vrai du faux. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis l’apparition du coronavirus, le Covid-19, les acteurs sanitaires du canton ont un mot d’ordre: informer. Après une conférence des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) destinée au personnel médical, c’était au tour de l’Université de Genève (UNIGE) d’organiser un événement. Mardi, avant l’annonce du premier cas de contamination suisse au Tessin, un panel d’experts s’est réuni à Uni Dufour pour répondre aux questions du public et démêler le vrai du faux. Retour sur quelques points.

Qui est le plus touché? Tout le monde peut être atteint. Mais les plus touchés par une évolution grave semblent être surtout des personnes âgées ou souffrant déjà d’une maladie chronique.

Pourquoi le taux de mortalité fluctue-t-il? Il est difficile d’établir un taux général car les statistiques n’englobent pas les personnes qui ne sont pas hospitalisées. Durant la conférence, les experts ont insisté sur l’image de l’iceberg: on se focalise sur les patients les plus touchés – la pointe – mais beaucoup d’infections passent entre les mailles du filet car elles n’ont pas d’expressions cliniques – la partie immergée, a résumé Antoine Flahaut, directeur de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine. Or, le virus est bénin dans 80% des cas. Laurent Kaiser, chef du Service des maladies infectieuses, a ajouté qu’au début de l’épidémie, la mortalité rapportée était de 15%. «Maintenant, elle est de l’ordre de 3% dans la Chine continentale. À l’extérieur du pays, entre 20 et 30 décès sont répertoriés, sur 2000 à 2500 personnes diagnostiquées. Le nombre pourrait augmenter mais pour l’instant, on s’approche de la mortalité de la grippe saisonnière.»

Après avoir été contaminé, devient-on résistant? «Nous ne savons pas encore si des personnes sont immunisées, confie Laurent Kaiser. Ce que nous savons, c’est qu’avec les coronavirus habituels (ndlr: il en existe six autres touchant l’homme), on reste protégé mais durant un temps limité.»

Un colis de Chine peut-il être contaminé? «Non, répond le spécialiste. Le virus ne peut pas survivre dans une enveloppe, dans les conditions de transport. Il a besoin d’un environnement particulier pour survivre.»

Le virus survit-il dans l’air? «Il a besoin d’une enveloppe de mucus pour survivre, détaille Laurent Kaiser. À l’air ambiant, sur les doigts par exemple, sa survie est extrêmement courte. Ce n’est pas un virus résistant comme peuvent l’être ceux qui causent la gastroentérite.» Rester rationnel: Jacques-André Romand, médecin cantonal, a appelé à «remettre une dimension ordinaire» aux chiffres articulés. «À Genève, on compte huit décès par jour en moyenne sur 500000 habitants. En proportion, pour 1milliard et demi d’habitants, ça fait 25000 par jour. Depuis le début de l’épidémie, plus de 800000 Chinois sont décédés de maladies «ordinaires», pour 2000 personnes décédées du coronavirus.» Le spécialiste en appelle aussi à «rester rationnel». «J’ai entendu que des médecins établissent des certificats de bonne santé, que des banques ont mis en quarantaine préventive des collaborateurs de retour de Chine, que des gens demandent aux HUG «le test» pour dépister le coronavirus...»

Créé: 25.02.2020, 19h36

Articles en relation

Le premier suisse touché par le coronavirus est un tessinois de 70 ans

Epidémie La Suisse est désormais touchée par le coronavirus. La Confédération a confirmé un cas mardi dans le canton du Tessin. Plus...

La pollution atmosphérique tue bien plus que le coronavirus

Particules fines Respirer un air insalubre est beaucoup plus mortel que le Covid-19, selon les données publiées par la branche de recherche de la société suisse IQAir. Plus...

Le coronavirus poursuit son expansion dans le monde

Épidémie Le virus a notamment fait sept morts en Italie, ce qui met la Suisse sous pression. Plus...

La peur du virus déclenche une ruée sur les masques

Coronavirus Ces protections, pourtant peu fiables, se font rares dans les pharmacies genevoises. Plus...

Au Tessin, les autorités tentent d'enrayer la panique

Coronavirus Nombreux Tessinois sont très angoissés par la proximité avec la Lombardie. Le Conseil d'Etat ne veut pas prendre de mesures draconiennes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...