Colosse de béton, le dépôt d’En Chardon entame son sprint final

Bus et tramsLes TPG ont fêté jeudi la fin des travaux de gros œuvre des halles qui abriteront 200 de leurs véhicules à la fin de l’an prochain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand on bâtit un lieu pour stocker et entretenir 70 trams et 130 bus, il faut voir grand. Et effectivement, le futur centre de maintenance des Transports publics genevois (TPG) d’En Chardon est gigantesque. Signe de la fin des travaux de gros œuvre, un sapin a été dressé jeudi sur son toit. Pas trop haut quand même: on est au bout de la piste de l’aéroport, du côté de la route de Meyrin, et on peut presque chatouiller le ventre des avions survolant le site, train d’atterrissage à l’air, à quelques secondes de toucher le sol.

Avec son allure brutaliste, la construction qui s’achève s’ajuste bien à cette ambiance tonitruante. Pour matérialiser cet immense édifice de 500 mètres de long sur une largeur allant jusqu’à 170 mètres, on a coulé 106 000 mètres cubes de béton, structurés par 15 000 tonnes d’acier. Présidente des TPG, Anne Hornung-Soukup rappelle que le chantier a eu le souci de l’environnement. Un tapis roulant a notamment été mis en place pour convoyer les gravats excavés vers leur site de retraitement. Cela a évité 30 000 trajets en camion.

Le choix du site a permis de valoriser une parcelle dont on n’aurait guère su quoi faire au vu de sa situation, mais il a imposé des contraintes. Vu l’impossibilité de s’élever, c’est en creusant qu’on a pu caser ici un étage de stationnement et de maintenance pour 70 trams, à peu près au niveau de la route, et glisser en dessous un niveau de remisage pour 130 bus: de quoi libérer la pointe de la Jonction. Le tout est surmonté par un niveau supérieur comportant un stationnement pour les employés, un centre de formation à la conduite, une centrale photovoltaïque capable de fournir 20% des besoins en courant du site ainsi qu’une toiture en partie végétalisée. Pour donner une meilleure idée de l’importance du centre, les capacités de remisage du site d’En Chardon équivalent au double de celles du Bachet-de-Pesay.

La facture est à la hauteur de ces colossales proportions. En 2012, non sans tousser un peu, le Grand Conseil a voté une enveloppe de 310 millions. En y ajoutant les taxes et l’inflation, on arrive à 347 millions. Et l’État allongera encore 13 millions pour créer le raccordement du nouveau centre au réseau ferré, sur la route de Meyrin. Un labeur imminent qui, dès le 16 juin et jusqu’au 27 août, forcera les lignes de tram 14 et 18 à s’interrompre à Blandonnet, leurs terminus ordinaires de Meyrin-Gravière et du CERN étant desservis par des bus.

«Le projet est parfaitement dans les délais et dans le budget voté, s’est félicité jeudi Denis Berdoz, directeur général des TPG. C’est une étape importante qui viendra compléter le dispositif des TPG avec une présence forte sur la Rive droite.» La mise en service aura lieu en décembre 2019.

Pour les TPG, la nécessité du nouveau centre est évidente. «Aujourd’hui, nos dépôts sont pleins comme des œufs», lâche Pascal Ganty, directeur des infrastructures de la régie. Faute de place, des trams doivent être stockés la nuit sur le réseau. Et le conseiller d’État chargé des Transports, Luc Barthassat, de relever: «Le réseau s’agrandira de 17 kilomètres de lignes supplémentaires qui seront créées d’ici à 2025.»

Les TPG préparent déjà le terrain pour un dépôt supplémentaire à créer pour les bus au cours de la prochaine décennie. Le site de Château-Bloch, au Lignon, est dans le viseur. (TDG)

Créé: 03.05.2018, 19h40

Articles en relation

Aux TPG, la médiation prend le pas sur la grève

Transports publics Alors que des mesures de lutte étaient annoncées pour le 21 mars, celles-ci deviennent illicites car la régie a exigé une conciliation. Plus...

Les employés d’un sous-traitant des TPG annoncent qu’ils feront grève le 27 mars

Transport Le personnel de la société RATP Dev Suisse, qui exploite plusieurs lignes de bus dans le canton, gronde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...