Chevaux maltraités: la cour tranche mi-janvier

Les deux propriétaires des 16 équidés avaient fait appel du jugement de 1re instance. L’audience a eu lieu ce jeudi à Chambéry.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour d’appel de Chambéry rendra sa décision le 14 janvier. Ce jeudi, lors de l’audience, les deux parties ont à nouveau pu défendre leurs positions. Côté parties civiles: les deux associations de défense des animaux, soit le Refuge de Darwyn (basé à Bernex) et Animaux secours (Arthaz-Pont-Notre-Dame). De l’autre: le couple qui s’est vu retirer ses seize chevaux le 6 mars 2014, pour cause de maltraitance.

C’est à Cranves-Sales, en France voisine, que les défenseurs des animaux haut-savoyards et genevois étaient intervenus pour sauver trois poneys, un hongre, une jument ou encore une ânesse.

Un an plus tard, le Tribunal correctionnel de Thonon rendait son délibéré, reconnaissant les deux propriétaires coupables entre autres «d’abandon volontaire d’un animal domestique» et de «privation de nourriture ou d’abreuvement». Le jugement évoquait alors des animaux «exposés aux intempéries, sur des terrains boueux et souillés en permanence, sans hébergement adapté, sans abreuvement suffisant» et laissés «sans soins».

Face à leur condamnation, les propriétaires avaient fait appel. La cour de Chambéry examinait donc à son tour le dossier ce jeudi après-midi.

En fin d’audience, l’avocat général a prononcé un réquisitoire confirmant le jugement de première instance sur le fond et sur les peines prononcées. Pour rappel, les prévenus avaient été condamnés à rembourser les frais de pension liés à la garde des animaux, soit plus de 50 000 euros. Ils avaient aussi écopé d’une «interdiction définitive de détenir des équidés». Or, installés désormais en Côte-d’Or, ils auraient repris une activité d’exploitation d’équidés.

Selon Alain Torrano, directeur d’Animaux secours, seule la prévenue s’est présentée à l’audience. «Elle est venue sans avocat. Elle a contesté le terme de maltraitance et a demandé qu’on lui restitue trois chevaux.» De quoi le faire bondir ainsi qu’Anouk Thibaud, responsable du Refuge de Darwyn, qui prend actuellement soin de ces bêtes malmenées. En attendant la décision de la Cour d’appel de Chambéry, le 14 janvier.

Créé: 17.12.2015, 21h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.