Chaque jour, dix nouvelles entreprises sont créées à Genève

Secteur privéLe canton affiche un nouveau record dans le domaine de la création de sociétés. En 2019, le tissu économique s’est enrichi de 3851 entités.

C'est dans le secteur des technologies que le plus grand nombre d'entreprises sont créées.

C'est dans le secteur des technologies que le plus grand nombre d'entreprises sont créées. Image: Olivier Vogelsang / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Signe supplémentaire de la bonne santé globale de l’économie, Genève – à l’instar de la Suisse – a enregistré l’an dernier un nouveau record en matière de création de sociétés. Le Registre du commerce suisse comptabilise 44'616 nouvelles inscriptions en 2019, une valeur inédite, relève la société Startups.ch. De son côté, l’Institut für Jungunternehmen (IFJ) est arrivé à un chiffre légèrement plus bas: 44'482. Mais ces deux consultants annoncent dans des communiqués une progression identique par rapport à l’année précédente: plus de 3%.

Genève se distingue en décrochant pour la deuxième année consécutive la médaille de bronze en termes de nombre d’entreprises créées. Avec un total de 3851 sociétés, soit plus de dix par jour, le canton se situe derrière Zurich et Vaud. Il est désormais talonné par Berne, qui affiche une progression supérieure à celle de Genève (voir le graphique).

Fribourg et Bâle-Ville enregistrent aussi de fortes hausses. En revanche, la situation est tout autre dans le canton de Zoug. «Grâce à l’engouement suscité par les cryptomonnaies, observe Startups.ch, le canton avait attiré des jeunes entrepreneurs du monde entier par le passé, mais cette «ruée vers l’or» semble terminée pour le moment. 8,6% de nouvelles inscriptions en moins: voilà le chiffre enregistré par le canton en cette année record 2019 par rapport à l’année précédente.

L’une des raisons de ce dynamisme constaté à Genève comme dans la plupart des cantons suisses est la faiblesse persistante des taux d’intérêt, qui incite les investisseurs à placer leur argent dans les sociétés privées («private equity» en franglais), relève Startups.ch. La numérisation est une autre des raisons de cette tendance. Selon IFJ, c’est le secteur de la haute technologie qui enregistre la plus forte progression (39%). Il est suivi par ceux des technologies de l’information, de la mobilité et du conseil. Dans ces trois cas, la hausse est d’au moins 20%. En revanche, deux branches ont été délaissées: le commerce de détail et le domaine du marketing et de la communication. Le nombre de nouvelles sociétés y a respectivement fléchi de 19% et 24%.

Avec 17'194 nouvelles sociétés, la société à responsabilité limitée (Sàrl) est la forme juridique la plus courante pour créer une nouvelle entreprise, relève IFJ. La Sàrl a même enregistré 4% de créations de sociétés en plus par rapport à la période record de janvier à septembre 2018, suivie par l'entreprise individuelle avec 14'245 créations (+3%), la société anonyme (SA) avec 8962 créations (+1%) et la société en nom collectif (SNC) avec 1302 créations (+0.5%). Si un capital de 20'000 francs suffit pour créer une Sàrl, il faut disposer d’au moins 100'000 francs pour fonder une SA.

Mais des géants planétaires peuvent aussi choisir la forme juridique de la Sàrl. Selon l’IFJ, c’est la multinationale basée à Genève Procter & Gamble, qui fabrique notamment les couches-culottes Pampers et les rasoirs Gillette, qui détient le capital-actions nominatif le plus élevé de Suisse. Ce montant s’élève à 1,81 milliard de francs. Ce qui fait notamment le bonheur – et le beurre – de la Commune de Lancy et de l’Administration fiscale cantonale.

Les deux départements voisins du canton, la Haute-Savoie et l’Ain, se caractérisent aussi par une forte dynamique dans le domaine de la création d’entreprises. En 2018, 8357 nouvelles sociétés ont ainsi vu le jour dans le premier département, et plus de 5000 dans le deuxième. De manière régulière, ces deux collectivités affichent des chiffres supérieurs à la moyenne nationale. La région lyonnaise se distingue aussi par un net engouement dans ce domaine, de nombreux jeunes décidant de devenir autoentrepreneurs, un statut qui bénéficie d’aides étatiques et qui permet aux jeunes Français de snober la case Pôle Emploi.

En Haute-Savoie, un tiers des nouvelles entreprises se situent dans la catégorie des services aux entreprises, un quart dans celle du service aux particuliers, un deuxième quart dans le commerce et la restauration, le solde se répartissant entre la construction et l’industrie.

Créé: 06.01.2020, 07h01

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...