Billets coincés dans les WC: la justice joue au Père Noël

GenèveLes liasses d’argent qui bouchaient les toilettes de plusieurs bistrots en 2017 reviennent aux employés qui les ont repêchées.

Des dizaines de milliers d'euros ont été retrouvés dans les WC de ces deux établissements.

Des dizaines de milliers d'euros ont été retrouvés dans les WC de ces deux établissements. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On pourrait croire à un conte de Noël mais c’est pourtant bien la réalité: les employés ayant découvert des dizaines de liasses de billets de 500 euros coincés dans les WC de plusieurs bistrots genevois en 2017 vont toucher le pactole. Ils pourront pour cela s’appuyer sur les conclusions d’une ordonnance de classement rendue le 30 novembre par le Ministère public.

Nous pouvons vous révéler aujourd’hui tous les détails de cette affaire rocambolesque qui a fait le tour du monde. Pendant des années, une petite fortune dormait discrètement dans des coffres d’UBS à Genève. Les 11 et 12 mai 2017, les toilettes de la banque sont soudainement bouchées. Les nombreux billets de banque qui y ont été jetés disparaissent ainsi dans les égouts de la ville. UBS réussit tout de même à piocher dans la cuvette près de 40 000 euros de billets déchirés. Du jamais-vu dans l’histoire de l’établissement situé à la Corraterie.

De curieux allers-retours

L’argent est remis à la police, qui visionne les images de vidéosurveillance d’UBS. On y voit trois silhouettes de femmes accompagnées d’un homme. La fine équipe multiplie les allers-retours entre les WC et la salle des coffres. Les enquêteurs ont rapidement dans le collimateur deux hommes et trois femmes, visiblement des clients espagnols ayant accès aux coffres.

Le 11 mai, encore, entre 16 h 30 et 18 h 30, les toilettes hommes du tea-room Gilles Desplanches, situées dans le même immeuble qu’UBS, souffrent de problèmes d’écoulement d’eau. Elles sont également obstruées par des billets de 500 euros préalablement découpés! Le personnel repêche ainsi 8500 euros dans les toilettes inondées.

Le même jour, en fin de soirée, la femme de ménage du Café du Centre fait une découverte analogue dans les WC de l’établissement. À l’aide du chef de cuisine, elle retire 26 000 euros. Le lendemain, le cuistot signale la découverte à la gendarmerie de Plainpalais. Puis remet l’argent à la Banque de France à Annecy dans l’espoir qu’elle puisse réparer ou reconstituer les billets abîmés.

Le 16 juin 2017, vers 1 h du matin, l’eau monte dans les WC hommes de la pizzeria Molino. Les employés effarés parviennent à mettre la main sur 60 000 euros. «C’est des vrais? C’est des vrais!» hurlent-ils en filmant la scène. Découpées aux ciseaux, les liasses détrempées sont remises aux forces de l’ordre.

Argent sous séquestre

La pêche miraculeuse n’est pas terminée: le 3 juillet, rebelote dans le même café. Un employé déclare au poste des Pâquis avoir récupéré, le 29 juin, des billets dans les WC handicapés du café. La liasse pèse quelque 50 grammes.

L’argent finit encore sous séquestre dans les locaux de la police, y compris les milliers d’euros du Café du Centre reconstitués avec soin par la Banque de France. Dans le cadre de la procédure ouverte par le procureur Frédéric Scheidegger, trois établissements portent plainte pour les dégâts d’eau occasionnés dans leurs lieux d’aisances. L’un des cinq Espagnols suspectés d’avoir voulu se débarrasser de cet argent aux origines incertaines a été entendu l’hiver dernier par la police. L’homme, tiré à quatre épingles, a raconté d’emblée que le coffre-fort avait une vocation collective. Une sorte d’auberge espagnole destinée à accueillir les économies de plusieurs membres de la famille (dont celles des trois femmes retraitées). Il a réglé rubis sur l’ongle les dégâts de plomberie aux restaurateurs, qui ont retiré leur plainte.

Mais l’homme, qui n’est pas dans le besoin, ne s’étend pas sur les origines des fonds. Il nie, comme les autres prévenus, avoir pris part à leur destruction et convainc aussi la justice de leur légalité. Il explique que la famille de son épouse avait, par le passé, reçu des menaces de malfrats en Espagne et avait donc décidé de mettre leur fortune en sécurité à Genève. Restent des zones d’ombre. La famille a-t-elle cédé à la peur du fisc à cause de l’entrée en vigueur cette année de l’échange automatique de renseignements au niveau bancaire? Elle le conteste. A-t-elle subi de nouvelles intimidations des fameux brigands espagnols? Y a-t-il un conflit de succession? L’audition de l’entrepreneur ne nous permet pas de répondre à toutes ces questions.

Les cinq Espagnols blanchis

Qu’à cela ne tienne, la justice genevoise blanchit aujourd’hui les cinq Ibères, qui ne revendiquent pas l’argent ayant bouché tant de WC. À qui revient donc le pactole? Selon le Code civil, les personnes ayant découpé les billets, avant de les jeter, ont manifesté leur volonté de ne pas en disposer. Ce sont les employés qui ont récupéré les billets qui acquièrent dès lors un statut de propriétaire. Ils pourront disposer de la somme trouvée dès qu’ils en feront la demande auprès de la police ou de la justice et obtenir des billets tout propres auprès de la Banque de France.

Tous les employés, notamment ceux de Molino qui demeurent inconnus à ce stade, peuvent se manifester. Une annonce sera certainement publiée dans la Feuille d’Avis Officielle (FAO) des objets séquestrés. Si personne ne se manifeste auprès de la police ou de la justice d’ici à cinq ans, l’argent reviendra à l’État.

En résumé, la femme de ménage et le cuisinier du Café du Centre peuvent disposer de 26 000 euros. Le troisième employé de l’établissement situé à la place du Molard a, quant à lui, droit à sa pile de 50 grammes de billets de 500 euros. Pour le reste, soit plus de 100 000 euros, les membres du personnel des autres établissements qui ont fait les trouvailles sont à ce stade, selon le jargon juridique, des «possibles ayants droit des biens», des propriétaires «en main commune». À bon entendeur, y viva España et joyeux Noël à eux. (TDG)

Créé: 21.12.2018, 06h51

Articles en relation

Les détenteurs des billets jetés aux WC s’expliquent

Audition à Genève Un membre de la famille propriétaire de l’argent a témoigné à la police. Il évoque des menaces de malfrats espagnols. Plus...

Liasses de billets dans les WC: un mystère qui fait le tour du monde

Saisies L’argent appartient à trois femmes habitant Madrid. Reportage sur les lieux du mystère. Plus...

Liasses de billets retrouvées dans des toilettes de bistrots

Saisies Des dizaines de milliers d’euros ont aussi obstrué les WC de la salle des coffres d’UBS en ville. Un avocat a été interrogé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...