Au carrefour, le feu orange clignotant va se maintenir

Sécurité routièreCritiquée, la mesure introduite dès 2014 en soirée et le dimanche est sans danger, affirme le Conseil d’État.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après l’abandon du projet de télécabine urbaine ou de la circulation des motos sur les voies de bus, l’héritage politique de Luc Barthassat semble en pleine liquidation. Or, une mesure introduite en 2014 par l’ancien ministre des Transports, éconduit par le peuple il y a un an, semble bien partie pour survivre à sa déroute. Interpellé par un député inquiet, le Conseil d’État, où Serge Dal Busco a repris le dicastère de la Mobilité, ne remet pas en cause la mise à l’orange clignotant, le soir et le dimanche, des feux équipant plus de cent carrefours du canton.

Le 22 mars, le député Olivier Baud a exprimé son espoir d’une réévaluation du dispositif dans une question écrite adressée au gouvernement. «L’automobiliste lambda prend cette lumière orange comme une invitation à rouler sans retenue, à mettre les gaz, un peu comme si le signal ne s’adressait pas à lui mais aux autres», écrit l’élu d’Ensemble à Gauche, en particulier soucieux quant à l’irrespect de la priorité due aux piétons sur les passages cloutés.

Le gouvernement a répondu le 3 avril. «En 2018, la police n’a relevé aucun accident susceptible de remettre en cause le principe de la mise au clignotant d’un carrefour ou d’un passage pour piétons, tant de nuit que le dimanche», écrit-il, précisant que 39 lieux supplémentaires se sont mis au clignotant dominical l’an dernier. Pour l’Exécutif, la mesure vise non seulement à fluidifier le trafic, mais aussi à réduire les émissions polluantes et sonores en évitant des arrêts et redémarrages. Ce qui épargne aussi des attentes inutiles tant pour les automobilistes que les piétons, argue encore le Conseil d’État.

Celui-ci promet de mieux veiller au respect des règles par les usagers de la route. La police et l’Office cantonal des transports envisagent ainsi de créer un «pool circulation», notamment pour combattre les incivilités. Autre piste, en fonction d’une autorisation attendue du Conseil fédéral «prochainement»: le recours à la vidéosurveillance pour traquer et verbaliser les infractions.

Créé: 28.04.2019, 18h47

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...