Après la Verte Anita Frei, une Américaine aux TPG

Présidence des TPGLe Conseil d'Etat a désigné Anne Hornung-Soukup pour présider le conseil d'administration de la régie publique des transports.

Anne Hornung interviewée en 2014 par Dukaskopy TV à propos des quotas féminins dans l'encadrement des entreprises.

Anne Hornung interviewée en 2014 par Dukaskopy TV à propos des quotas féminins dans l'encadrement des entreprises.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement genevois a annoncé ce mercredi la nomination d'Anne Hornung-Soukup (63 ans) de Collonge-Bellerive à la présidence du conseil d'administration des TPG. Il aura fallu près de neuf mois au Conseil d'Etat, après le départ d'Anita Frei en juin 2015, pour trouver un successeur à l'ancienne député Verte poussée à la démission par son ministre de tutelle Luc Barthassat.

Anne Hornung-Soukup est une quasi inconnue. Née à Washington, elle est arrivée à Genève à 24 ans et a acquis la nationalité suisse. Elle a travaillé dans la succursale genevoise d'une petite banque zurichoise avant de rejoindre en 2010 Bruellan SA, un gérant de fonds d'investissement basé à Genève. Elle fut présidente de la section genevoise du Career Women's Forum et milite toujours pour l'accès des femmes à des postes de responsabilité. Son curriculum vitae sur sa page LinkedIn n'indique aucune expérience dans le domaine des transports publics.

Au journal Le Temps, qui a eu connaissance de cette nomination quelques heures avant sa confirmation officielle, le porte-parole de Luc Barthassat, Thomas Putallaz, a déclaré: «La question était de savoir si nous allions recruter une personnalité à l’interne ou pas. Le conseiller d’Etat a préféré apporter du sang neuf au sein des TPG.»

Gros enjeux

La nouvelle présidente devra rapidement s’acclimater dans une structure de gouvernance qui, malgré son nom, ne ressemble guère à un conseil d'administration d'une entreprise privée. La question de l'intégration du futur Léman Express dans le réseau des transports publics du Grand Genève est moins l'affaire des TPG que celle d'Unireso et des décideurs du Grand Genève. Le conseil d'administration des TPG doit en revanche trouver les moyens de réduire les coûts de fonctionnement de la régie. Sa tâche est aussi, dit un bon connaisseur de la régie, «de soutenir la direction notamment dans ses efforts de renouer le dialogue avec le personnel, de réduire le taux d'absentéisme qui dépasse 10% et la question des temps de battement en bout de ligne».

A quoi sert le conseil d'administration des TPG?

Le conseil d'administration des TPG siège au moins dix fois par année et est composé de seize représentants du monde politique et de trois délégués du personnel. Il établit la stratégie et assure le suivi des grands projets de l'entreprise, nomme les directeurs et valide les orientations sociales et budgétaires.L'article 19 de la loi sur les transports publics fixe ses attributions.

Créé: 16.03.2016, 16h28

Les TPG en bref

Les TPG ont transporté 539'000 passagers par jour en moyenne en 2014, révèle un dépliant que l'on peut télécharger sur le site de la régie publique des transports genevois. L'entreprise gère quatre lignes de tram (33 km), six de trolleybus (30 km) et 49 d'autobus (60 km). L'âge moyen des tramways est de 13 ans, celui des trolleybus de 11 et celui des bus de 5. 1855 personnes travaillaient aux TPG en 2014 (-12 par rapport à 2013). La régie dépense 382 millions par année, soit 1,08 million par jour ou encore 2 fr. 01 par passager. Les charges sont couvertes par une subvention de 226 millions de francs. La vente des tickets rapporte 43,7 millions, celle des abonnements 84,7 millions.

Articles en relation

La présidente des TPG donne sa démission

Transports publics genevois Un «conflit de personnes» avec le magistrat Luc Barthassat motive la décision d’Anita Frei. Plus...

La grève des 5 minutes aux TPG passe inaperçue

Conflit social Les chauffeurs avaient annoncé qu'ils respecteraient un arrêt de 5 minutes à chaque terminus. Plus...

La patronne des TPG: «La grève risque d’être contre-productive»

Budget 2015 La présidente du conseil d’administration des TPG, Anita Frei, se dit surprise par la grève de ce mercredi. Plus...

Anita Frei garde la présidence du conseil d’administration des TPG

Régies publiques Le Conseil d’Etat a choisi de reconduire la Verte au poste qu’elle occupe depuis novembre 2012. Plus...

Le directeur général des TPG démissionne

Etablissement public De graves divergences stratégiques et opérationnelles sont mentionnées par la présidente du conseil d'administration Anita Frei. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...