Altercation au MàD: Mark Muller s'excuse mais exclut de démissionner

scandaleLe conseiller d’Etat PLR, qui reconnaît une « empoignade virile » avec un barman de la boîte de nuit, admet que son comportement était «inadéquat.

Mark Muller.

Mark Muller. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je présente mes excuses aux personnes auxquelles mon comportement a pu nuire»: ce samedi après-midi, Mark Muller a convoqué en urgence une conférence de presse. Le conseiller d’Etat PLR tenait à s’expliquer en détail sur l’altercation à laquelle il a participé dans la nuit du réveillon, au Moulin à Danses (MàD). Mark Muller admet avoir eu un comportement «inadéquat eu égard à ma fonction». Il «regrette très sincèrement ce qui s’est passé».

Le magistrat fait l’objet d’une plainte pénale. Il est accusé d’avoir frappé un barman du MàD, le 1er janvier à l’aube. Contestant avoir donné des coups, Mark Muller a à son tour déposé plainte contre le barman jeudi. Les versions données par les protagonistes divergent totalement. L’affaire est aux mains de la justice. L’Inspection générale des services, la «police des polices», mène les investigations, comme c’est l’usage dans des affaires impliquant un magistrat.

Lors de sa conférence de presse, le conseiller d’Etat est revenu en détail sur sa version des faits. Dans la nuit du réveillon, il s’est rendu «vers 5?heures du matin» au Moulin à Danses, boîte de nuit du quartier de la Jonction. Le magistrat était-il ivre? Non, assure-t-il: «C’était Nouvel-An. J’avais bu quelques verres, mais je n’étais pas particulièrement aviné.» Une fois au MàD, «une de mes amies et moi-même avons été pris à partie par un barman. Il m’a agressé verbalement et m’a dit de sortir. Ce que j’ai fait immédiatement et calmement.» Le magistrat assure qu’il ne «connaissait pas» le barman en question. Celui-ci l’aurait insulté «pour des motifs politiques». Trois à cinq minutes plus tard, raconte Mark Muller, «l’amie qui m’accompagnait est sortie à son tour. Elle m’a dit avoir été insultée, poussée et frappée par le barman.»

Et ensuite? Mark Muller aperçoit soudain le barman à l’extérieur de la boîte. «Je dois reconnaître que je me suis fâché. Nous nous sommes empoignés assez virilement. Après cette empoignade, qui a duré de 10 à 15?secondes, nous avons été séparés.» Mark Muller nie avoir frappé le barman, qui fera pourtant constater des blessures dans une permanence médicale le lendemain. «Il y avait de l’engagement, de l’énergie, décrit Mark Muller. J’ai moi-même eu un bleu à l’avant-bras. Mais je n’ai donné aucun coup.» L’enquête devra établir le déroulement exact des faits.

Mais pourquoi Mark Muller n’a-t-il pas averti plus tôt ses collègues du Conseil d’Etat? Pourquoi ne s’est-il pas immédiatement dessaisi du dossier du déménagement du MàD, après cette affaire du 1er janvier? «J’ai péché par naïveté, se défend le libéral. J’ai pensé que l’affaire en resterait là. Je n’ai été averti que mardi (ndlr: le 10 janvier) qu’une plainte avait été déposée contre moi le 6. J’ai moi-même déposé plainte le 12, et j’ai averti le président du Conseil d’Etat, Pierre-François Unger, le même jour.»

Réuni vendredi soir, le Conseil d’Etat a décidé de retirer le dossier du MàD à Mark Muller. Celui-ci reconnaît que l’affaire n’est «pas agréable», ni pour lui ni pour le gouvernement genevois. Surtout dans un contexte politique plutôt difficile, entre les malheurs des TPG et la crise au sein de la police… «Mais, à Genève, une nouvelle affaire occupe le devant de la scène toutes les deux semaines», philosophe le conseiller d’Etat.

«Je présente mes excuses à mes proches, mes collègues, mes collaborateurs, et aux gens qui ont été déçus par mon comportement, insiste l’élu PLR. Ce n’est pas dans mon tempérament de perdre mon sang-froid. Mais j’étais très fâché d’apprendre que l’amie qui m’accompagnait avait été insultée et frappée. En tant qu’homme, en tant qu’être humain, je pense que beaucoup de personnes se seraient comportées de la même manière dans une telle situation. Mais on attend d’un conseiller d’Etat qu’il soit au-dessus de ce genre d’émotions. Je suis conscient que cette affaire n’est pas favorable pour l’image de Genève.»

Mark Muller va-t-il limiter ses sorties? «Pas particulièrement. J’ai l’intention de conserver ma liberté d’action. Il n’y a aucun mal à sortir.»

Le magistrat a-t-il songé à démissionner? «La question ne se pose pas», tranche-t-il. Et si d’aventure il devait être condamné? «On verra. La procédure pénale doit maintenant se dérouler. Je n’ai pas encore été entendu par la justice.»

Outre la justice, le Parti libéral-radical souhaite entendre son magistrat: mardi, Mark Muller présentera sa version de l’affaire au comité directeur du PLR. «Je m’attends à une explication franche», indique le conseiller d’Etat.

(TDG)

Créé: 14.01.2012, 17h22

Articles en relation

Bagarre au MàD: plainte contre Mark Muller

scandale Le conseiller d’Etat libéral et un barman du MàD s’accusent mutuellement d’agression. L’affaire tombe mal pour le magistrat. Plus...

Bagarre dans une boîte de nuit : Mark Muller visé par une plainte

Genève La nuit du réveillon, le conseiller d’Etat PLR s'est battu avec un employé de l’établissement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...