Activiste genevois face au Credit Suisse

JusticeAvant le procès d’un des leurs dans deux semaines, les militants pro-climat resserrent les rangs et plaident la légitime défense.

Jeudi, les militants pro-climat ont tenté de remettre une déclaration de soutien de nombreuses organisations et personnalités au Crédit Suisse, qui leur a fermé la porte au nez.

Jeudi, les militants pro-climat ont tenté de remettre une déclaration de soutien de nombreuses organisations et personnalités au Crédit Suisse, qui leur a fermé la porte au nez. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors qu’il se prépare à faire face à ses juges dans moins de deux semaines, Nicolas, 23 ans, est relativement confiant. Cet activiste genevois proclimat est poursuivi pour des mains peintes en rouge et des affiches collées sur les façades de Credit Suisse, à Bel-Air, lors d’une manifestation en octobre 2018.

Seul sur le banc des accusés, il conteste l’ordonnance pénale lui infligeant une peine de 20 jours-amende à 30 francs avec sursis, plus 2300 francs de dommages et intérêts pour le nettoyage des vitrines de la banque. C’est le premier procès d’un militant proclimat à Genève et le deuxième en Suisse.

Nombreux soutiens

Mais Nicolas sait qu’il peut compter sur de nombreux soutiens. Et surtout, il est encouragé par le verdict historique rendu à la mi-janvier par le Tribunal de police de Lausanne, qui a acquitté douze militants proclimat, accusés de violation de domicile pour avoir simulé une partie de tennis dans une succursale lausannoise de Credit Suisse.

Jeudi, une vingtaine de membres de collectifs comme Extinction Rebellion, Breakfree ou la Grève du climat sont venus réaffirmer devant la presse leur conviction de mener un combat légitime et dire qu’ils ne comptent pas se laisser intimider par des poursuites judiciaires.

Les faits dont il est question se sont déroulés le samedi 13 octobre 2018, dans le cadre de la première marche genevoise pour le climat, à laquelle ont participé des milliers de personnes. «Nous avons eu l’idée de peindre des mains ensanglantées sur les façades de Credit Suisse pour dénoncer ses investissements massifs dans les énergies fossiles», explique Olivier de Marcellus, figure genevoise de l’altermondialisme depuis des décennies et membre du collectif Breakfree. Des copies de la première page du rapport du GIEC confirmant le scénario d’un réchauffement global de 1,5 degré ont aussi été collées sur les vitrines. «Des policiers m’ont alors vu remettre du matériel dans mon sac et m’ont arrêté», raconte Nicolas, qui assure que la peinture utilisée était lavable à l’eau.

Légitime défense

L’avocate de Nicolas, Me Laïla Batou, qui faisait aussi partie de la défense des activistes lausannois, envisage de plaider la légitime défense d’une génération dont l’avenir est menacé par le réchauffement climatique: «Les militants sont obligés de recourir à des moyens de plus en plus incisifs vu le manque de volonté politique pour faire face à l’urgence climatique.» Cependant, Me Laïla Batou est consciente que la comparaison avec le procès de Lausanne a ses limites, puisque Nicolas est accusé de dommages à la propriété, ce qui n’était pas le cas des accusés lausannois. Credit Suisse, pour sa part, ne souhaite pas commenter une procédure judiciaire en cours.

Créé: 06.02.2020, 18h59

Articles en relation

Manifestation pour le climat: Crédit Suisse et UBS peinturlurés

Manifestation Un millier de personnes a manifesté pour le climat, en recouvrant de gouache les murs de banques de la place. Plus...

Action choc contre les investissements de Credit Suisse

Genève Des activistes pour le climat «condamnés à mort» se sont mis à genoux devant l’enseigne de la banque au centre-ville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...