Abattage d'arbres à Pinchat: l’Exécutif carougeois revient en arrière

PolémiqueLe Conseil administratif veut éviter toute «récupération politique» à deux mois des élections municipales.

Les membres du Conseil administratif ont décidé de réduire au strict minimum le nombre d'arbres à abattre dans la forêt de Pinchat.

Les membres du Conseil administratif ont décidé de réduire au strict minimum le nombre d'arbres à abattre dans la forêt de Pinchat. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Compte tenu de la sensibilité du sujet, l’Exécutif carougeois a préféré faire machine arrière. Lors de sa séance de ce mercredi, les membres du Conseil administratif ont décidé de réduire au strict minimum le nombre d'arbres à abattre dans la forêt de Pinchat. Seuls les 30 spécimens malades seront ainsi tronçonnés sur les 210 initialement prévus.

«Au vu de la récupération politique que certain.e.s ont fait de ces travaux d’entretiens, il a été décidé de repousser à 2021, soit après les élections municipales, les différentes actions de revitalisation de cette forêt», précise l'Exécutif dans son communiqué.

Dès le départ, l’opération présentait un fort potentiel polémique. L’Exécutif a eu beau rappeler que l’abattage des 210 arbres avait été décidé sur la base d’une expertise, de nombreux conseillers municipaux se sont dit empruntés. Le PDC a parlé de «massacre», alors que les Verts craignaient la réaction de la population. Ces derniers ont alors suggéré de limiter la coupe aux 30 spécimens malades et d’évacuer les troncs avec des chevaux plutôt que par hélicoptère. Leurs propositions n’ont pas été retenues par la majorité de l’hémicycle. Le Conseil municipal a donc validé, à une courte majorité – les Verts ont refusé et le PDC s’est abstenu – la coupe de 210 spécimens de la forêt de Pinchat.

Le retour de balancier ne s’est pas fait attendre longtemps. En début de cette semaine, une pétition a été lancée pour s’opposer aux abattages. Les politiques sont en retard sur la sensibilité actuelle de la population, constate José Lillo, membre de «Genève se construit à la tronçonneuse», groupe apolitique à l'origine du texte, cité mardi dans Le Courrier. Nous savons que chaque arbre compte. Un arbre abattu ne sera jamais remplacé.»

Interpellé à ce sujet par le quotidien, Nicolas Walder, conseiller administratif Vert, avait alors répondu: «Ce projet n'est pas politique, je ne vais pas diviser la commune pour lui. Nous discuterons au Conseil administratif de savoir si nous le maintenons ou le reportons à une période moins mouvementée.»

C’est désormais chose faite. Quant aux 30 spécimens malades, ils seront sciés cet hiver, durant les vacances de février. La pétition, elle, n’a plus lieu d’être.

Créé: 08.01.2020, 18h41

Articles en relation

Une pétition conteste l'abattage de 210 arbres dans la forêt de Pinchat

Carouge Le texte fait suite à une délibération votée par une courte majorité du Conseil municipal en décembre. La coupe s'inscrit dans le cadre de l'entretien des bois carougeois. Plus...

Quand abattre un arbre devient tabou

Environnement Les polémiques suite aux dernières coupes ont marqué les élus carougeois. L’entretien de la forêt de Pinchat a ainsi suscité de vifs débats. Plus...

Menace sur de vieux chênes à Pinchat

Aménagement Le développement de Veyrier conduit les autorités à élargir une route. Un versant d’une allée historique est condamné. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...