A force de miser sur sa personnalité, Luc Barthassat a tout perdu

Election au Conseil d'EtatLe sursaut de la droite en faveur du PDC n’a pas eu lieu. Le vote sur la personne a prévalu sur la stratégie électorale.

Le fils d’agriculteur de Bardonnex a toujours misé sur son profil terrien.

Le fils d’agriculteur de Bardonnex a toujours misé sur son profil terrien. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment expliquer la défaite du conseiller d’État PDC? Le président de son parti, Bertrand Buchs, n’y va pas par quatre chemins: «Les gens n’aiment pas Luc Barthassat. Il n’a pas habité la fonction de conseiller d’État. Il y a eu aussi une campagne très dure sur sa personnalité, qui ne correspond pas à son bilan.»

C’est pourtant cette même personnalité qui lui a tant réussi pendant des années. Le fils d’agriculteur de Bardonnex a toujours misé sur son profil terrien, «pas intello» et «proche des gens». En 2007 au Conseil national, il s’offre un joli succès en combattant le commerce de peaux de chat. Et «Barthachat» fait la couverture des feuilles de boulevard.

«Il a été élu car il était sympa, et pas élu car il n’a rien fait, résume sèchement Pierre-Alain Tschudi, conseiller administratif Vert de Meyrin. Avant d’ajouter: c’était une parfaite anguille, on ne savait pas ce qu’il pensait et il manquait totalement de fiabilité.»

Au PDC, on peine encore à comprendre pourquoi le vent a tourné. «Il y a encore un an, on le voyait réélu dans un fauteuil, rappelle François Lance, ancien maire PDC de Lancy. Il a certes fait quelques faux pas et sa maîtrise des dossiers n’a pas convaincu. Les gens se sont peut-être aussi lassés de ses effets d’annonce.»

Trop sur Facebook

Hier à l’Hôtel de Ville, une militante socialiste résumait un avis très partagé: «En Suisse, comme l’électeur peut facilement s’identifier aux élus, il n’aime pas quand on exerce la fonction de manière trop désinvolte. Ici, les gens travaillent et ne veulent pas d’une personne qui ne bosse pas puisqu’il passe son temps sur Facebook.»

Pourtant, tout n’était pas encore joué malgré son mauvais score du premier tour. Arrivé neuvième, Luc Barthassat pouvait espérer un soutien des cousins de l’Entente. Il n’est pas venu. «Les électeurs du PLR ont voté utile», a déclaré Pierre-François Unger, ancien conseiller d’État PDC. Histoire de dire qu’ils n’ont pas voté Barthassat afin de ne pas affaiblir les chances de leur colistière Nathalie Fontanet.

Tactique

Benoît Genecand, conseiller national PLR, ne croit pas à ces considérations tactiques. «Elles ont disparu avec la fin des bulletins qui permettaient des votes compacts. Aujourd’hui, on met des croix à ceux dont on pense qu’ils sont capables, les mots d’ordre des partis ne suffisent plus. La réélection n’est plus assurée.»

Son collègue à Berne Christian Lüscher pense aussi que ces stratégies partisanes n’influencent guère le vote. «D’ailleurs, Luc Barthassat a visiblement peu été soutenu dans son parti.»

Il est clair qu’en boudant Luc Barthassat, les électeurs de droite offraient un troisième siège à la gauche. «C’est vrai, reconnaît Alexandre de Senarclens, président du PLR. Mais le vote subjectif a dépassé le vote rationnel.»

Quoi qu’il en soit, Bertrand Buchs n’est pas fâché avec ses alliés. «Je ne reproche rien au PLR. S’ils ont voté utile, c’est de bonne guerre. L’échec de Luc Barthassat, c’est ma responsabilité», reconnaît le président du PDC.

«Un bon bilan»

Il estime toutefois que le bilan de son poulain a été mal évalué. Notamment sur la mobilité. «C’était un pro-voiture et il a fait un grand chemin vers la mobilité douce. Son bilan est bon car il a enterré la guerre des transports.» Il conteste sa supposée inaction. «D’ailleurs, le MCG Mauro Poggia a fait la démonstration qu’on peut réussir sans rien faire.»

Le PDC a longtemps misé sur cette bête électorale. Sans doute trop facilement. «Cet échec nous force à nous recentrer sur un programme clair, conclut Bertrand Buchs. Et il faudra être plus professionnels dans la préparation des candidats.»

Créé: 06.05.2018, 19h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...