A Genève, on pratique le catch dans le sous-sol d’un bar

Show nocturneLa Fédération romande des catcheurs se réunit tous les premiers jeudis du mois pour une soirée de gala dans un pub. Reportage à la rue de Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Yoshihiro Yamada est debout sur les cordes. Parfait dans son rôle de méchant, il invective le public. Euphorique, la foule prend partie pour son adversaire au sol: «Vise pas les genoux, mets-lui dans les…». Le coup part. Pas vraiment esthétique, terriblement efficace. Le catcheur nippon se tient le bas-ventre. Il est 22 h jeudi soir dans le pub Mr. Pickwick, à la rue de Lausanne, et le show est lancé.

Pour la quatrième fois depuis le début de l’année, la Swiss Power Wrestling (SPW), fédération romande de catch, a donné rendez-vous aux amateurs de la discipline dans le sous-sol du bar. Loin des salles des sport, le lieu a quelque chose de surprenant, si ce n’est que la scène se marie étrangement bien avec la bière. «Le concept est bien rodé, analyse Adrian Johnatans, leader du vestiaire. C’est notre première saison à Genève, mais pas à Lausanne où nous exploitons le concept depuis plusieurs années. Mine de rien, on commence à se faire un nom.»

L'étalon anglais

British Stallion (l’étalon anglais), Kurt Simmons (hommage aux chanteurs Kurt Cobain et Gene Simmons), Diamond Daniels (entraîneur de la branche locale de la SPW, la Geneva Wrestling Association), Akuma, Tormentor ou encore Yoshihiro Yamada sont autant de patronymes scandés par le public. Avant le match, dans le vestiaire, les catcheurs mélangent noms de scène et vrais prénoms. Du pareil au même? «Il faut savoir faire la part des choses, réagit Kurt Simmons torse nu, leggings ajustés. Jouer un rôle peut vite être grisant, au risque de prendre la grosse tête.» Le sien? Une rock star du ring, excessivement arrogante. «En gros, je suis le plus beau, le plus riche, celui avec la meilleure haleine…» Pour pallier toute explosion d’ego, le club adopte une organisation hiérarchique qui rappelle les arts martiaux. Nouveau au club, Kaled le sait, il est là pour monter le ring de 4,25 m de côté et rien d’autre: «Si je m’entraîne bien, j’espère pouvoir participer aux shows d’ici à deux ans.»

Le jeu en vaut-il la chandelle? Avant d’enfiler le masque rouge et blanc de Tormentor, Nolan, 16 ans, explique sa passion: «J’aime le côté sport spectacle. Je l’aime à la télé et j’aime le pratiquer. C’est unique, on est 50% acteur et 50% athlète. Et puis ça plaît aux filles.» Justement, elles composent la moitié des quarante spectateurs présents ce jeudi soir. «Le petit slip brillant, je ne suis pas forcément fan, lance Johanna, une touriste autrichienne. Mais le grand blond est sexy.» Elle parle de Diamond Daniels.

Butterfly Suplex

Le ton est léger, l’ambiance au divertissement. Il n’empêche que sur le ring, les mouvements sont précis, professionnels. «Nous ne sommes pas des amateurs, explique le British Stallion. Le but est de vivre de notre sport.» En coulisse, le catch se répète. Au milieu des tables entreposées, on improvise une salle d’entraînement. Surtout que ce soir, deux invités participent au spectacle. Corvus en provenance de Chicago et Kent Floyd qui arrive d’Allemagne. La chorégraphie a pour but de rendre le show spectaculaire et d’éviter les blessures. «Il ne faut pas croire, elles arrivent plus souvent qu’on ne le pense», lance Tormentor, preuve à l’appui. A l’intérieur de son masque, une couche de sang séché témoigne d’une récente fracture du nez.

Il est 23 h, l’heure du bouquet final. Tous les catcheurs se retrouvent sur le ring pour le rumble royal. Kurt Simmons sort sa botte secrète, le butterfly suplex, projection retournée de son adversaire, parfaitement exécutée. Applaudissements. Ce soir, c’est lui le héros. Prochain rendez-vous le 5 juin.

Informations: Swiss Power Wrestling, Geneva Wrestling Association.

Une soirée de catch à Genève en vidéo

(TDG)

Créé: 02.05.2014, 19h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...