Passer au contenu principal

7500 signatures pour garder des places de parc

Un référendum lancé par le TCS Genève contre la suppression sans compensation de 4000 places de parking a convaincu plus de 7500 signataires.

Le TCS Genève a été aidé dans sa récolte de signatures par la Nouvelle organisation patronale (NODE) et l'UDC. (Photo d'illustration)
Le TCS Genève a été aidé dans sa récolte de signatures par la Nouvelle organisation patronale (NODE) et l'UDC. (Photo d'illustration)
Keystone

Le TCS Genève a annoncé mercredi avoir récolté plus de 7500 signatures en faveur de son référendum contre une modification législative qui permettrait la suppression sans compensation de 4000 places de stationnement en surface à Genève. Le TCS a été aidé dans sa récolte par la Nouvelle organisation patronale (NODE). Quelques paraphes ont été recueillis par l'UDC.

Pour aboutir, le référendum devra compter 5300 signatures valables, a rappelé Yves Gerber, le directeur de la section genevoise du TCS. Les paraphes ont été déposés au Service genevois des votations et des élections. Ce dernier sera chargé de faire les vérifications nécessaires.

Le Grand Conseil genevois avait décidé le 12 septembre dernier d'assouplir le principe de compensation des places de parc supprimées dans l'espace public inscrit dans la loi cantonale, avec l'idée d'améliorer, à terme, la fluidité de la circulation. Le principe avait convaincu une grande partie du Parlement.

L'UDC et le MCG s'opposent

Seuls l'UDC et le MCG s'étaient opposés et avaient refusé de voter cette modification de la loi, estimant qu'elle n'aurait aucun impact sur les difficultés de déplacements que connaissent les Genevois. Pour le TCS, il s'agit de préserver des places de parc pour les visiteurs et les habitants du centre-ville.

Les partisans de la réforme, qui se trouvent aussi bien à gauche qu'à droite de l'échiquier politique, estiment en revanche que la disparition de places de parc en surface permettra de débloquer certains projets, comme la création de voies de bus en site propre ou d'aménagements cyclables et piétonniers.

L'assouplissement du principe de compensation des places de stationnement en surface est aussi un élément indispensable pour la mise en oeuvre rapide de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LCME). Il s'agit d'améliorer l'attractivité des transports publics et d'accompagner l'arrivée du Léman Express.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.