5G: le Parti évangéliste demande des comptes à Antonio Hodgers

GenèveLe PEV veut une enquête parlementaire pour expliquer comment la technologie a pu être autorisée malgré le moratoire voté la semaine dernière.

Antonio Hodgers avait assuré la semaine dernière n'avoir reçu «aucune demande pour une antenne 5G».

Antonio Hodgers avait assuré la semaine dernière n'avoir reçu «aucune demande pour une antenne 5G». Image: Lucien FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jour après son lancement à Genève, la 5G provoque déjà des maux de tête. Le Parti évangéliste a peu goûté le cafouillage du président du Conseil d’État Antonio Hodgers , qui avait assuré il y a une semaine ne pas avoir «de demande sur mon bureau pour une antenne 5G». Il exige aujourd’hui une enquête parlementaire pour expliquer comment, une semaine après l’adoption par le Grand Conseil d’un moratoire sur la 5G le 10 avril et les propos rassurants de l’élu Vert, Swisscom a pu lancer hier le premier réseau de ce type à Genève. Quelques localités sont déjà couvertes par Sunrise depuis mars.

«Je suis scandalisé: c’est incroyable que la mise en place de la technologie soit si rapide qu’elle prenne de court le Grand Conseil», tonne Florian Baier, le président de la section genevoise du Parti évangéliste. Il vise tout particulièrement Antonio Hodgers, dont les affirmations étaient maladroites puisque les antennes 5G en fonction actuellement ne font pas l’objet de demandes spécifiques tant qu’elles sont aux normes. Il lui reproche premièrement de «ne pas être au courant des prérogatives» (l’autorisation des antennes 5G activées hier relève de la Confédération, puisqu’elles respectent l’ordonnance fédérale sur les rayonnements non ionisants). Il lui reproche ensuite de ne rien avoir réclamé des instances fédérales: «En connaissance de la décision du Grand Conseil, il devait défendre la position cantonale auprès de la Confédération.» Devant les réponses apportées hier dans nos colonnes par le magistrat, qui argue que ses propos ne concernaient que les antennes émettant des «ondes millimétriques», Florian Baier se montre sceptique: «C’est sulfureux comme explication, ça ne tient pas la route. L’objet du moratoire était la 5G, sa réponse concernait donc la 5G.» L’élu enfonce le clou: «Cette situation fait perdre la confiance des citoyens envers leur magistrat. Une clarification est nécessaire.»

Pour rappel, Swisscom a lancé hier le premier réseau 5G dans les grandes villes suisses. Aucun appareil mobile n’est pour l’instant compatible avec la technologie, mais le premier du genre arrivera début mai, selon l’opérateur. Il s’agit d’un modèle de la marque chinoise Oppo. Pour l’instant, les antennes 5G (vingt d’entre elles sont recensées à Genève par l’OFCOM) utilisent des fréquences déjà existantes pour le réseau 4G ainsi que trois nouvelles fréquences, mais toutes respectent les normes fédérales en vigueur. Concernant les potentielles futures fréquences, une étude de l’OFEV sur leurs impacts sur la santé sera publiée cet été.

Créé: 18.04.2019, 18h36

Articles en relation

Swisscom déploie la 5G et crée la polémique

Genève L'opérateur lance son réseau 5G à Genève. Antonio Hodgers avait pourtant assuré que le Canton n'allait «pas se précipiter» sur cette technologie controversée Plus...

Hodgers sur une autre longueur d’onde

L’éditorial Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.