Passer au contenu principal

5G: le Parti évangéliste demande des comptes à Antonio Hodgers

Le PEV veut une enquête parlementaire pour expliquer comment la technologie a pu être autorisée malgré le moratoire voté la semaine dernière.

Antonio Hodgers avait assuré la semaine dernière n'avoir reçu «aucune demande pour une antenne 5G».
Antonio Hodgers avait assuré la semaine dernière n'avoir reçu «aucune demande pour une antenne 5G».
Lucien FORTUNATI

Un jour après son lancement à Genève, la 5G provoque déjà des maux de tête. Le Parti évangéliste a peu goûté le cafouillage du président du Conseil d’État Antonio Hodgers, qui avait assuré il y a une semaine ne pas avoir «de demande sur mon bureau pour une antenne 5G». Il exige aujourd’hui une enquête parlementaire pour expliquer comment, une semaine après l’adoption par le Grand Conseil d’un moratoire sur la 5G le 10 avril et les propos rassurants de l’élu Vert, Swisscom a pu lancer hier le premier réseau de ce type à Genève. Quelques localités sont déjà couvertes par Sunrise depuis mars.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.