Près de 500 médecins s’engagent en faveur des bienfaits du vélo sur la santé

PétitionCes professionnels veulent dépolitiser le débat sur la mobilité douce et remettre les enjeux de santé au cœur des discussions.

Se déplacer quotidiennement à vélo diminue de 40% la mortalité sur quinze ans.

Se déplacer quotidiennement à vélo diminue de 40% la mortalité sur quinze ans. Image: PIERRE ALBOUY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une pétition pour «inscrire en priorité dans l’agenda le développement d’aménagements cyclables sécurisés», signée par 429 médecins des secteurs privé et public, vient d’être envoyée au ministre des Transports, Luc Barthassat. Avec copie au président du Conseil d’État et aux autorités municipales.

Les pétitionnaires d’origine, le Dr Patrick Saudan (qui souligne ne pas intervenir sous sa casquette de député PLR) et le Pr Pietro Majno-Hurst, sont tous deux membres de Pro Vélo Genève. Ils s’inquiètent de «l’augmentation de l’obésité et de la sédentarité» dans le canton (le surpoids concerne 41% de la population genevoise selon l’OFS). Or, selon les études mentionnées, se déplacer quotidiennement à vélo diminue de 40% la mortalité sur quinze ans.

Patrick Saudan est très sensibilisé à la question du fait de son travail quotidien: «Je suis néphrologue, je vois tous les jours des patients en bout de chaîne avec les reins détruits à cause de l’hypertension ou du diabète. Le monde politique n’a pas compris l’ampleur du problème.» Pour lui, la question des primes maladie est à attaquer «en amont, en réduisant les coûts de la santé. Avant, ces personnes décédaient; maintenant, elles vivent malades pendant de nombreuses années.»

La loi de mise en œuvre de l’initiative 144 en faveur de la mobilité douce a pourtant enfin été votée et 8 millions de francs débloqués. Insuffisant? «À nos yeux, oui. Ce n’est pas une critique contre le gouvernement, car un gros effort a été fait. Mais j’ai peur que le calendrier ne soit pas tenu et que des arbitrages budgétaires ne fassent passer la mobilité douce au second plan. Il y a encore beaucoup de résistance de la part de certains maires, qui se focalisent sur les «cyclo-terroristes». On ne demande pas d’action concrète, si ce n’est de ne pas faire opposition.»

Pietro Majno-Hurst a éduqué ses enfants au vélo, «mais en tant que parent, j’ai eu peur et je leur ai payé un coach, car c’est relativement dangereux de circuler à Genève. Or les habitudes de mobilité s’impriment très vite. Il ne faut pas, dès le plus jeune âge, rester assis sur le siège arrière de la voiture avec une tablette pour le moindre déplacement.» Le docteur s’agace aussi des clivages existants. «Le vélo est connoté à gauche, mais non, le vélo doit être connoté santé! On s’oppose à cette politisation du débat, ce n’est pas une question d’opinion, les bienfaits du vélo, c’est de la science dure, ce n’est pas pour faire plaisir aux cyclistes. La littérature médicale est univoque, le vélo est avantageux même compte tenu de la pollution et du risque d’accident. Et une pétition promobilité active n’est pas forcément antivoiture pour autant.»

Créé: 16.11.2017, 08h03

Articles en relation

Une cycliste genevoise a inventé une capote à vélo

Nouveauté Gladys Acosta Brandrup veut commercialiser sa trouvaille pour que les cyclistes ne délaissent pas leur engin dès qu’il pleut. Plus...

Le vélo, ce n’est pas que pour les bobos

L'invité Plus...

Mobilité: Genève est loin derrière Zurich

Classement Un hit-parade mondial sur la mobilité verte place la Cité de Calvin 31e sur cent et celle de Zwingli deuxième. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.