214 personnes hospitalisées aux HUG

CoronavirusL'épidémie continue de progresser. La situation empire dans les EMS.

Alors que le nombre de patients aux soins intensifs ne cesse de grimper, le nombre de places dans cette unité spéciale des HUG a aussi fait l'objet de questions.

Alors que le nombre de patients aux soins intensifs ne cesse de grimper, le nombre de places dans cette unité spéciale des HUG a aussi fait l'objet de questions. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'épidémie de coronavirus continue de se répandre dans le canton de Genève: ce lundi 23 mars, 214 personnes sont hospitalisées, dont 11 patients aux soins intermédiaires et 43 aux soins intensifs (dont 41 sont intubés). Le nombre de décès passe à 14.

En tout, 1231 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus. Attention, comme les tests sont désormais réservés aux plus fragiles, une très large partie de la population peut avoir la maladie sans qu'elle ne soit confirmée par un diagnostic. Il est donc impossible de calculer le taux de mortalité à Genève.

Lors du point presse quotidien délivré par les autorités sanitaires, le directeur général de la santé Adrien Bron a précisé ce lundi que tous les étudiants de la Faculté de médecine ont été sollicités pour donner un coup de main aux soignants dans cette période de crise.

Interrogé sur le nombre de médecins et d'infirmières contaminés aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le haut fonctionnaire a répondu que cet élément n'avait pas d'impact sur les prises en charge et que les soignants n'avaient pas, dans la plupart des cas, été contaminés sur leur lieu de travail. «Il n'en va pas de même partout: en EMS, le pourcentage de personnel en quarantaine peut avoir un impact sur la prise en charge dans certains sites», a-t-il toutefois précisé.

Aucun chiffre n'a été donné sur le nombre de soignants touchés, ni sur l'âge des patients aux soins intensifs - plusieurs sources différentes indiquent que des personnes jeunes s'y trouvent, mais pour l'heure, ce point n'est pas confirmé officiellement.

Alors que le nombre de patients aux soins intensifs ne cesse de grimper, le nombre de places dans cette unité spéciale des HUG a aussi fait l'objet de questions. «Il n'y a pas de plafond, assure Adrien Bron. Le volume peut être augmenté, tant que l'on a le matériel et le personnel. Ce qui est davantage préoccupant est le reste de l'activité hospitalière sur laquelle cette crise a des conséquences.» Aglaé Tardin précise que pour augmenter leurs capacités, les HUG ont commencé à transférer des patients atteints par le coronavirus vers des centres privés.

Créé: 23.03.2020, 16h34

Articles en relation

Un doctorant bernois publie un tableau évolutif des données cantonales

Coronavirus Cet agrégateur met à jour les données toutes les heures sur les décès par cantons, les cas déclarés et la prévalence pour 10'000 habitants Plus...

Un détenu décelé positif au coronavirus à Genève

Détention Deux centres de détention administrative ont été fermés. Un autre détenu, transféré à Champ-Dollon, attend le résultat du test. Six membres du personnel testés positifs. Plus...

Une récréation virtuelle sans même avoir école

Confidences de confinés genevois Thomas Ofek, 12 ans, est, comme tous ses camarades de classe, confiné à la maison. Il n’empêche, trois matins par semaine, à 11 heures, la petite bande se retrouve en ligne pour échanger comme s’ils étaient dans la cour de l’école. Plus...

Les enfants en foyer et leurs parents piégés par le coronavirus

Crise sanitaire Fini les visites! Une pétition demande au Conseil fédéral et aux cantons un peu de souplesse sur le confinement dans les foyers d'enfants. Plus...

Comment la France voisine vit son confinement strict

Coronavirus Les cités frontalières sont plus vides qu’un dimanche. La population respecte les consignes et les rares passants rasent les murs. Tout le monde s’évite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...