Nouvelle année record avec 761 000 passagers en plus

AviationCointrin a encore accéléré sa croissance vertigineuse en 2016. Ce qui exacerbe ses défis.

Le hall d'enregistrement de Genève Aéroport, un jour d'affluence.

Le hall d'enregistrement de Genève Aéroport, un jour d'affluence. Image: Pierre Abensur (archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La hausse du nombre de passagers s’accélère à Cointrin. Genève Aéroport, dans son rapport annuel publié hier, indique avoir accueilli 16,5 millions de passagers en 2016. C’est 4,8% de plus que les 15,7 millions de 2015. Ou 761 419 personnes supplémentaires. Il faut remonter à 2011 pour observer une hausse plus forte encore.

A nouveau, EasyJet est le principal vecteur de cette croissance. La compagnie orange a franchi la barre des sept millions de personnes transportées au bout du lac (7 113 413), constituant une hausse de 5,9%. Le groupe britannique relie Genève à 75 destinations (contre 69 en 2015) et a accaparé 43,6% des passagers à Cointrin, un nouveau record. Swiss, en deuxième position, en a accueilli 14,4%, devant British Airways, Air France, Lufthansa et KLM.

Le fret aérien – cet indicateur économique observé – s’est montré plus volatil depuis la crise financière. L’an dernier, il a connu une forte hausse après avoir chuté en 2015. Financièrement, ce trafic génère d’excellents résultats. La plate-forme publie un chiffre d’affaires de 445,3 millions de francs – un record également – et un bénéfice net de 80,8 millions. L’entreprise recense, pour la première fois également, plus de mille employés (1002 à la fin de décembre).

Les transporteurs aériens parviennent pour l’instant à absorber cette demande, sans trop augmenter les cadences. Le nombre de mouvements (atterrissages et décollages) est quasi stable. «Les appareils sont toujours plus gros ou plus remplis», indique André Schneider, directeur de Genève Aéroport. Une moyenne de 112 passagers a été recensée par mouvement l’an dernier – encore un chiffre qui augmente chaque année depuis une décennie (voir infographie).

Les technologies aident à remplir les avions et à serrer les rangs sur la piste. Elles composent avec la petite taille de la parcelle, qui limite le nombre d’appareils susceptibles de s’y baser. Son emplacement urbain exclut toute possibilité d’agrandissement.

Les compagnies d’aviation privées, qui jouent un rôle prépondérant à Cointrin (le deuxième aéroport d’Europe en la matière), sont de plus en plus contraintes de poser leurs jets ailleurs. Un cadre du leader du secteur, NetJets Europe, indiquait dans nos colonnes la semaine dernière recourir aux aéroports de Lyon, Chambéry, Annecy, voire Sion, faute de place à Cointrin. Les représentants de Genève Aéroport disent «avoir des idées» pour y remédier, sans les préciser pour l’instant. Les défis vont s’exacerber. Selon une étude de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), la demande en transport à Cointrin passera à 25 millions de passagers en 2030, ce qui représentera 235 000 mouvements par an. Soit près de 650 mouvements par jour, un toutes les 90 secondes.

Gros investissements

Pour faire face, l’aéroport investit de plus en plus. Quelque 162 millions de francs ont été mis sur la table l’an dernier, un montant jamais vu depuis de nombreuses années. Des travaux sont en cours (lire ci-contre). L’aile Est, de 520 mètres de long, est refaite. Elle sera utilisée pour les long-courriers et les court-courriers non Schengen. L’espace de l’aérogare sera aussi agrandi.

Le Brexit cause aussi des soucis à Cointrin, alors que Londres est la première destination des avions qui y décollent. Les droits pour voler vers la Grande-Bretagne doivent être renégociés, une mission remplie par l’OFAC. En attendant, les commerçants de la parcelle y perdent, alors que la livre a perdu de sa valeur par rapport au franc. «Les passagers britanniques achètent désormais plus côté britannique», relève André Schneider.

L’importance de l’aéroport serait cruciale pour l’économie de la région. Les deux tiers des entreprises sondées dans une récente étude de la Chambre de commerce genevoise (CCIG) indiquent que sa présence leur est utile. Outre-Atlantique, plusieurs études relèvent que le produit intérieur brut des villes situées aux alentours d’un aéroport tend à croître davantage. (TDG)

Créé: 04.04.2017, 11h07

«On a accumulé un retard en matière d’infrastructure»

Entretien avec la présidente du conseil d’administration de Genève Aéroport, Corine Moinat.
Etes-vous prêts à accueillir 25 millions de passagers par an d’ici à 2030?

On a accumulé un retard en matière d’infrastructure que l’on doit rattraper. Le terminal 1 a été construit en 1968 pour accueillir 5 millions de passagers par an. On a dépassé les 16,5 millions en 2016. Les travaux d’avancement de la façade, qui seront finis à la fin de l’année, nous permettent de gagner 1000 m2 et apporteront de l’oxygène aux guichets d’enregistrement. On augmentera le nombre de passages pour la sécurité, qui subissent des congestions pendant les pics de fréquentation.

Comment se passent les travaux de l’aile Est?

L’entreprise suisse HRS a remporté la semaine dernière un appel d’offres pour un contrat de plus de 300 millions lancé cet automne pour réaliser le gros du bâtiment. Les travaux devraient se terminer en 2020. Ces salles d’embarquement permettront de traiter les vols gros-porteurs. Autre défi: les installations de tri des bagages, qui doivent être changées d’ici à 2022.

Pourquoi?

L’Office fédéral de l’aviation civile nous impose cette date pour faire évoluer le système de sûreté d’une technologie 2D (comme une radiographie) à des images en 3D (comme une IRM). Il faut remplacer les installations actuelles sans interrompre le traitement des bagages car les passagers ne s’arrêteront pas de voyager. C’est un défi aussi car les nouvelles machines sont plus volumineuses, alors que nous souffrons d’un manque de place. Mais nous avons une planification pour respecter les délais.
R.ET.

Articles en relation

A l’étroit, Cointrin ploie sous les passagers

Transports Genève Aéroport a passé le cap des 16 millions de passagers en 2016. La météo trouble le trafic durant les Fêtes. Plus...

Les riverains de l’aéroport récoltent 14 400 signatures pour leur initiative

Trafic aérien Le texte réclame un «pilotage démocratique» du trafic aérien. Il a fait le plein de paraphes en 4 mois. Plus...

Genève fait le forcing pour limiter les vols de nuit

Trafic aérien L’Etat et l’Aéroport signent une convention d’objectifs. Elle vise notamment à plafonner le trafic nocturne. Et crée un bras de fer avec Berne qui refuse cette limitation. Plus...

25 millions de passagers? «Ce n’est pas un but en soi»

Genève Aéroport Sous pression, André Schneider, nouveau directeur général de Cointrin, expose ses projets à la «Tribune». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...