Passer au contenu principal

Ces vingt années qui ont fait naître le Léman Express

Genève aura mis deux décennies pour réactiver et réaliser le raccordement ferroviaire de ses deux rives. Une connexion envisagée depuis le XIXe siècle. Retour historique.

C'est le 15 novembre 2011 que les officiels (dont Mark Müller, légèrement penché) donnent le premier coup de pioche à la Praille. À l'époque, des procédures sont encore pendantes au Tribunal fédéral.
C'est le 15 novembre 2011 que les officiels (dont Mark Müller, légèrement penché) donnent le premier coup de pioche à la Praille. À l'époque, des procédures sont encore pendantes au Tribunal fédéral.
Keystone
En ce 13 février 2013, on procède au poussage d'un pont provisoire sur l'Arve, à partir de la rive carougeoise. C'est cet ouvrage qui permettra d'entamer le percement du tunnel dans la falaise de Champel. Et c'est l'un des épisodes qui ont marqué Michèle Künzler.
En ce 13 février 2013, on procède au poussage d'un pont provisoire sur l'Arve, à partir de la rive carougeoise. C'est cet ouvrage qui permettra d'entamer le percement du tunnel dans la falaise de Champel. Et c'est l'un des épisodes qui ont marqué Michèle Künzler.
Steeve Iuncker-Gomez
Événement hautement symbolique en ce 21 septembre 2018: on soude ensemble les rails français et suisses, à la hauteur de la frontière que marque le Foron, deux ans après que la chute d'une paroi a marqué la jointure des deux tranchées. On est à 450 jours de la mise en service et l'avancement des travaux, côté suisse, atteint 92%.
Événement hautement symbolique en ce 21 septembre 2018: on soude ensemble les rails français et suisses, à la hauteur de la frontière que marque le Foron, deux ans après que la chute d'une paroi a marqué la jointure des deux tranchées. On est à 450 jours de la mise en service et l'avancement des travaux, côté suisse, atteint 92%.
Keystone
1 / 7

À une semaine de la mise en service intégrale du Léman Express, un anniversaire est passé inaperçu dimanche: les 20ans d’une lettre fatidique. Dans ce courrier du 8décembre 1999 au défunt militant ferroviaire genevois Sigurd Maxwell, le conseiller fédéral chargé des Transports – le Zurichois Moritz Leuenberger à l’époque – reconnaissait la validité d’une convention de 1912.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.