Passer au contenu principal

La foule aux Bastions chante à l’unisson, sauf son hymne

Comme un parc d’attractions à l’ancienne, entre jeux d’hier et mots d’aujourd’hui. Récit au ras de la pelouse patriotique.

Un animateur à la voix vitaminée fait des annonces en boucle pour rappeler aux gens les moments forts du programme en cours. Il a du boulot, car les activités ludiques s’enchaînent au rythme d’un parc d’attractions à l’ancienne. «C’est votre fête, profitez-en», lance-t-il au micro en maniant le pluriel patriotique.

Un 1er Août aux Bastions, donc, ce lundi après-midi. L’allée centrale a des allures de vogue, on a dressé des tables sous les platanes, les gens sont venus en familles déclinables sur trois générations, les plus jeunes ont pris d’assaut les pelouses comme un jour de promos enfantines. Le mur de grimpe affiche complet, les lutteurs à la culotte avalent de la sciure de bois et les pompiers volontaires assurent le spectacle avec leur seau pompe au procédé vintage. Un moyen d’extinction vieux comme Hérode qui suscite des vocations précoces chez les enfants. Ces tireurs de bidons hilares valent tous les discours.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.