En 1918, Camille Martin imagine la Genève du futur

Série d'étéQue lisait-on dans la «Tribune» il y a cent ans? Découvrez le texte d'un visionnaire paru le 27 juillet 1918.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 28 juillet 1918, l’urbaniste Camille Martin se fendait d’un long et substantiel billet dans «La Tribune de Genève». Dans cet article intitulé «La Genève de demain», ce personnage hors du commun traçait les grandes lignes du développement ferroviaire dans le canton, prenant le contre-pied de l’option choisie jusque-là par les autorités cantonales. Et c’est à lui que l’histoire donnera raison.

Camille Martin y rappelle tout d’abord le choix effectué: «Le Grand Conseil a adopté presque sans discussion un tracé de raccordement allant de la gare des Eaux-Vives au pont Butin et il a voté une déclaration de principe en faveur de la gare de Beaulieu.» La gare Cornavin était en effet trop exiguë et on tentait déjà à l’époque de relier la Rive droite et la Rive gauche en créant le chaînon ferroviaire manquant. La solution trouvée aujourd’hui s’appelle CEVA (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse).

Camille Martin, lui, ne veut pas de la gare de Beaulieu, qui serait située 375 mètres en retrait de Cornavin. Elle serait jumelée avec une gare de passage pour les marchandises. «La gare de Beaulieu ne peut pas être reliée de façon très satisfaisante aux rues existantes, elle détruit inutilement de belles propriétés et constitue en une certaine mesure une entrave à la circulation entre les quartiers de Montbrillant et de la Servette», plaide-t-il.

Pour résoudre l’engorgement de Cornavin, il propose qu’elle ne serve désormais qu’aux services de voyageurs et de grande vitesse. Pour ce faire, il suggère «la construction d’une gare de marchandises à la Praille, avec entrepôts et autres installations complémentaires, la création d’une gare de triage à Meyrin et la suppression des voies de transit à l’intérieur permettant notamment de réduire la surface de terrain nécessaire».

Ce que reproche l’urbaniste aux autorités, c’est de n’avoir jamais confié à des experts le soin d’étudier un projet qui prenne en compte l’entier de la problématique. «Ni le peuple ni les Conseils ne peuvent résoudre des problèmes d’ordre technique, reconnaît-il. Mais les citoyens et les députés peuvent exiger du gouvernement qu’il établisse un programme complet de l’aménagement de Genève.»

C’est ce qui sera fait en 1919. Les quatre experts nommés balaieront l’idée de la gare de Beaulieu, opteront pour une gare marchande à la Praille, une gare de triage à Vernier-Meyrin et le maintien de la gare pour voyageurs à Cornavin. Camille Martin avait donc tout juste. (TDG)

Créé: 27.07.2018, 22h27

Articles en relation

La grippe espagnole tue et crée aussi du chômage

Série d'été Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Découvrez l'édition du 26 juillet 1918. Plus...

La politique avait ses affaires mais ne faisait pas les gros titres

Série d'été Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Découvrez l'édition du 25 juillet 1918. Plus...

En 1918, on lançait déjà des «fake news». La preuve

Série d'été Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Découvrez l'édition du 24 juillet 1918. Plus...

On défend Stravinski et on s’insurge contre des livreurs

Juillet 1918 Que lisait-on dans la «Tribune» il y a cent ans? Notre série d’été. Plus...

La fin de la guerre approche, le chroniqueur en est tout chamboulé

Série d'été Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Notre série d’été. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...