Le 19 avril, un électeur genevois sur quatre sera étranger

Municipales 2015Il y a dix ans, Genève accordait le droit de vote mais pas le droit d’éligibilité aux étrangers établis en Suisse depuis huit ans.

Carte de la densité de la population étrangère par commune. Nota bene: seuls les étrangers établis en Suisse depuis huit ans sans interruption seront électeurs le 19 avril. il n'y a pas besoin de s'inscrire. il n'y a pas non plus besoin d'une carte d'électeur. La Chancellerie enverra automatiquement le matériel de vote aux 313'000 électeurs du canton juste après Pâques.

Carte de la densité de la population étrangère par commune. Nota bene: seuls les étrangers établis en Suisse depuis huit ans sans interruption seront électeurs le 19 avril. il n'y a pas besoin de s'inscrire. il n'y a pas non plus besoin d'une carte d'électeur. La Chancellerie enverra automatiquement le matériel de vote aux 313'000 électeurs du canton juste après Pâques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'y vis, j'y vote!» vous vous souvenez? C'était exactement il y a dix ans, le 24 avril 2005. Deux initiatives, lancées par un comité dans lequel figuraient notamment Pierre Maudet et Antonio Hodgers, étaient soumises au vote des Genevois. La cadette celle qui octroyait le droit de vote communal aux étrangers a été acceptée par le corps électoral genevois par 52,29%. L'aînée, celle qui voulait accorder aussi le droit d'éligibilité au plan communal a été refusée par 52,78% des électeurs.

C'est donc la troisième fois, note l'Office cantonal de la statistique qui en a fait le décompte, que les étrangers habitant Genève et établis en Suisse depuis au moins huit ans de manière ininterrompue pourront élire les 924 conseillers municipaux du pouvoir délibératif et les 137 magistrats du pouvoir exécutif des 45 municipalités du canton. Le corps électoral genevois est donc augmenté pour l'occasion de quelque 84'000 électeurs et porté à 313'000 citoyens. 27% des électeurs sont donc étrangers.

Les Portugais largement en tête

Les Portugais arrivent largement en tête, représentant 25 % du corps électoral étranger. Ils devancent les Italiens, les Français et les Espagnols (respectivement 16 %, 13 % et 10 %). Les trois quarts des électeurs étrangers sont originaires de l'Union européenne. Ce sont les communes de Vernier (36 %), Meyrin (31 %) et Genève (31 %) qui affichent les plus fortes proportions d'électeurs étrangers.

En 2011, le taux de participation global avait chuté de 40,8% à 36,5% en raison de la plus faible participation des électeurs étrangers aux scrutins, indique l'OCSTAT dans un rapport publié en juillet 2011, l'écart Suisses-étrangers variant entre 12,6 et 16,6 points de pourcentage.

En proportion de leur nombre dans la population, ce sont les Italiens qui participent le plus devant les Français. En chiffres absolus les Belges, suivis des Allemand, ont l'esprit civique le plus développé, mais leur nombre est très modeste dans la population du canton.

Droits politiques en Suisse

Genève n'est pas le canton le plus avancé en matière de droits politiques. Le Jura et Neuchâtel font mieux. Dans le Canton du Jura, les étrangers qui vivent depuis dix ans en Suisse, dont au minimum un an dans le canton du Jura, ont le droit d'élire les députés au Grand Conseil depuis 1979. Neuchâtel accorde depuis 2001 le même droit aux étrangers titulaires d’un permis d'établissement qui séjournent dans le canton depuis au moins cinq ans.

Ces deux cantons, ainsi que les cantons de Vaud et de Fribourg, accordent le droit d'élire et d'être élu dans les communes. Le Jura exclut toutefois le poste de maire. Enfin trois cantons, Appenzell Rhodes-Extérieures (1995), les Grisons (2003) autorisent les communes à octroyer le droit d'éligibilité. Bâle-Ville l'a accordé uniquement pour les deux communes de Bettingen et de Riehen, mais pas pour la ville de Bâle.

Échec de la Constituante

La question du droit d'éligibilité des étrangers au plan communal a été longuement discutée au sein de la Constituante et abandonnée de peur que cette disposition ne motive les Genevois à refuser la totalité du texte révisé. L'association VIVre (Vivre, Voter, Représenter) avait manifesté ses inquiétudes en janvier 2012.

VIVre s'est transformé le 22 avril 2013 et a donné naissance à l'association «Droits politiques pour toutes et tous». Elle a été renommée en 2014 «Droits politiques pour les résident-e-s à Genève» dont la page Facebook est restée confidentielle, mais qui a annoncé toutefois le 27 février dernier l'ouverture d'un site internet: www.dpge.ch placé sous la coordination de Miguel Limpo, président des Verts de Vernier.

Créé: 03.03.2015, 10h34

Articles en relation

Police, famille et énergie, les Genevois se réveillent

Votations du 8 mars Partie en fanfare, la participation a calé la semaine dernière, puis elle a repris, avant de rebondir samedi 7 mars. Plus...

1723 candidats dont 620 femmes à l’assaut des Conseils municipaux

Municipales 2015 Les élections auront lieu le 19 avril. Le deuxième tour pour élire les Exécutifs est fixé au 10 mai. Plus...

Avis de tempête électorale sur les villes genevoises

Elections municipales La fièvre monte dans les douze plus grandes communes à la veille des élections municipales. Tour   d’horizon des défis majeurs à relever par les futurs élus lors de la législature 2015-2020. Plus...

«Toi et la démocratie»: Filles et garçons, à vos caméras!

Droits politiques La troisième édition de CinéCivic vient de démarrer. Le concours s'ouvre aux affiches. Plus...

L’intégration des étrangers au menu des élections

Débat Une association bolivienne lance le débat sur les politiques communales. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...