Passer au contenu principal

Des activistes féministes taguent des monuments genevois

Dans la nuit de dimanche à lundi, un collectif a inscrit la question «Où sont les femmes*?» sur le mur des Réformateurs et la statue du général Dufour.

1 / 4

Le mur des Réformateurs et la statue du général Dufour, à la place Neuve, ont été tagués durant la nuit de dimanche à lundi. Sur les deux monuments genevois, une seule et même inscription: «Où sont les femmes*?»

Un acte revendiqué ce lundi matin par voie électronique. Le mail adressé au courrier des lecteurs de la «Tribune de Genève» est signé «SemaineLuttesFéministes». En substance, ses auteur(e)s réclament une «visibilité réelle» pour les femmes: «Nous en avons marre des hommes célèbres, marre de n'apprendre que l’histoire de grands hommes à l’école, au collège, à l’uni, marre de ne pas être représentées et d’être invisibilisées sous l’excuse du contexte historique, marre des monuments, de noms de rues et de la glorification historique des hommes», peut-on lire dans le message.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.