Une asso permet de tester sa drogue avant de la consommer

GenèveLes consommateurs de stupéfiants peuvent désormais compter sur une association pour vérifier la qualité de leurs produits.

Les consommateurs peuvent s'adresser au «Drug Checking» de «Nuit Blanche?» dès le mois de juin pour analyser leur drogue.

Les consommateurs peuvent s'adresser au «Drug Checking» de «Nuit Blanche?» dès le mois de juin pour analyser leur drogue. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, l'association «Nuit Blanche?», dont la mission est de réduire les risques liés à la consommation de produits stupéfiants, offre à partir du mois prochain la possibilité d'analyser les drogues. Ce projet est une première en Suisse romande.

«Nous nous adressons à des personnes qui gèrent leur consommation et prennent des substances psychoactives dans un cadre récréatif», a expliqué mardi Roxane Mégevand, coordinatrice de «Nuit Blanche?». Quelqu'un pourrait par exemple acheter à l'avance des pilules ou de la poudre dans la perspective d'une soirée ou d'un événement.

Ce consommateur occasionnel de drogue souhaitera toutefois être sûr de ce qu'il avale et des conséquences que cette consommation pourrait avoir sur sa santé. Il s'adressera alors au «Drug Checking» de «Nuit Blanche?» et lui donnera un échantillon de la substance chimique à décortiquer.

Complètement anonyme

Ce service est gratuit et complètement anonymisé, a souligné Mme Mégevand. Le laboratoire du Centre universitaire romand de médecine légale (CURML) se chargera de déterminer la composition du produit et le degré de concentration de l'élément psychotrope. La réponse tombera au bout de quelques jours seulement.

De nombreux produits stupéfiants circulent aujourd'hui, et de nouvelles drogues de synthèse, dont on ignore souvent les dangers, sont sur le marché. Même les substances connues peuvent présenter des risques importants, en étant coupées avec des éléments toxiques, ou surdosées, comme certaines pilules d'ecstasy.

«Nuit Blanche?» met aussi à disposition des consommateurs récréatifs un laboratoire mobile d'analyse de drogues lors de grandes fêtes ou manifestations. L'équipement vient de Berne. A Genève, il a déjà été utilisé lors de la Lake Sensation de 2017 et sera mobilisé lors de la Geneva Pride du 6 juillet.

Dispositif d'alerte

Le travail d'analyse fait par «Nuit Blanche?» permettra aussi d'avoir un aperçu du marché des substances psychotropes et de voir ce qui se vend. Un dispositif d'alerte sera mis en place avec les urgences, les hôpitaux et la police en cas de découverte d'une substance dangereuse.

«Nuit Blanche?» espère procéder à environ dix analyses par semaine et 500 analyses par année. Ce service est déjà proposé en Suisse alémanique depuis plus de 20 ans. Berne et Zurich ont un dispositif stationnaire et mobile. En Suisse romande, l'idée fait son chemin à Lausanne et à Neuchâtel, notamment. (ats/nxp)

Créé: 21.05.2019, 16h21

Articles en relation

Les liens troubles entre l’Usine et les dealers de rue

Drogue Alors qu’une pétition contre les revendeurs a été déposée, la liaison entre ces derniers et le centre culturel est pointée du doigt. Plus...

Quand le sucre est taxé de drogue, au même titre que la coke

Santé En activant les circuits liés au plaisir dans le cerveau, le sucre devient un danger de santé publique. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...