Un contre-projet sur l’aéroport est fustigé par les auteurs de l’initiative

GenèveDeux textes rivaux sur les nuisances de Cointrin seront soumis au peuple.

Image: LUCIEN FORTUNATI/ARCHIVES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il inscrire l’aéroport dans la Constitution genevoise et, si oui, que doit-on en dire? Les Genevois devront bientôt se prononcer sur une initiative «pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève» et son contre-projet dont le Grand Conseil débattra la semaine prochaine. Ce texte alternatif, dont le PLR Jacques Béné est le premier signataire, est tout juste ressorti d’un traitement en Commission de l’économie. Il y a obtenu une courte majorité: sept voix de droite contre six de gauche et deux abstentions MCG. Dans un communiqué diffusé mardi, les initiants qualifient ce contre-projet de «dangereux» car, selon eux, il «grave la situation actuelle dans la Constitution».

Les deux textes ont quelques points communs. Étant tous deux de rang constitutionnel et évoquant un domaine – l’aéronautique – de compétence fédérale, ils se gardent d’être trop concrets. Émanation d’une coordination d’associations diverses, la CARPE, l’initiative stipule que l’État doit rechercher un «équilibre» entre l’importance de l’aéroport «pour la vie économique, sociale et culturelle» et la «limitation des nuisances», qui sont décrites par le menu, avec une prise en compte d’autres politiques publiques telles que la santé ou la sauvegarde de l’environnement.

Une compétence fédérale

Le contre-projet, lui, demande de limiter les nuisances, sans les décrire, «tout en visant un équilibre» entre économie, emploi et développement durable. Il ne mentionne pas les communes qui sont citées dans l’initiative. À noter que la commission a écarté dans ses travaux un projet Vert qui ambitionnait de préciser la teneur de l’initiative dans la loi.

«On est certes dans un domaine géré en grande partie au niveau fédéral, où il est donc difficile d’avoir un impact, mais on peut tout de même se donner des objectifs et parler d’une seule voix, concède Lisa Mazzone, présidente de la CARPE. Des finesses de langage séparent l’initiative du contre-projet. Mais, à l’analyse, ce dernier ne fait que décrire la situation actuelle pour l’inscrire dans la Constitution. Or c’est cette réalité qui fait réagir: les riverains souffrent et on ne répond pas à l’urgence climatique.»

25 millions de voyageurs prévus en 2030

Rédacteur du contre-projet, Jacques Béné riposte. «Le contre-projet a le mérite d’être moins sujet à interprétation que l’initiative, argue-t-il. La gauche ne semble pas vouloir le comprendre mais on est dans un domaine qui est de compétence totalement fédérale et, dans un marché mondialisé, on ne fait pas ce qu’on veut. Le contre-projet instaure tout de même une convention d’objectifs entre le Conseil d’État et l’aéroport afin de vérifier que ce dernier prenne la bonne voie vers les buts fixés pour 2030.»

L’élu évoque les courbes de bruit réduites que Cointrin doit atteindre en 2030, selon la feuille de route que Berne lui a fixée en novembre. C’est notamment en accueillant des avions plus silencieux que le tarmac genevois doit réduire son impact tout en voyant son affluence croître jusqu’à une estimation de 25 millions de passagers en 2030 (contre 17,6 millions en 2018).

Créé: 19.02.2019, 17h35

Articles en relation

L’aéroport devra grandir en mettant la sourdine

Genève Négociée avec le Canton, la feuille de route que Berne compte imposer au tarmac genevois jusqu’en 2030 est mise en consultation. Plus...

La droite veut un contreprojet à l'initiative sur l'aéroport

Transports La majorité plaide pour une alternative à la thèse des initiants. Des questions de calendrier sont en jeu. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manif: faible mobilisation chez les fonctionnaires genevois
Plus...