Trop d'intérim sur les chantiers dénonce Unia

GenèveLe syndicat Unia s'insurge contre le recours massif de travailleurs temporaires sur certains chantiers genevois. Et demande au monde politique d'agir.

Les pratiques dénoncées par Unia ont cours parfois sur d'importants chantiers.

Les pratiques dénoncées par Unia ont cours parfois sur d'importants chantiers. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Unia a dénoncé lundi le recours massif à des travailleurs temporaires sur les chantiers genevois. Ces ouvriers représentent parfois la majorité des troupes. Le syndicat demande au monde politique d'agir pour ramener la proportion de temporaires à 10%.

Les travailleurs temporaires sont les esclaves des temps modernes, a déclaré devant la presse José Sebastiao, secrétaire syndical auprès d'Unia. Ils sont payés au minimum prévu par la convention collective de travail, peuvent être renvoyés du jour au lendemain s'ils protestent et doivent montrer une flexibilité sans faille.

Les pratiques dénoncées par Unia ont cours dans des endroits surprenants. Le syndicat a découvert qu'un gros chantier de l'Organisation internationale du travail (OIT) employait en nombre des travailleurs temporaires. On s'attendrait pourtant à ce que la précarité ne soit pas de mise dans ces lieux, a noté M.Sebastiao. «Nous exigeons que l'OIT diminue le travail temporaire à 10% sur ce chantier», a poursuivi le syndicaliste, qui déplore le manque de bonne volonté de l'organisation. Une réunion est prévue entre l'OIT, Unia et l'entreprise concernée à la rentrée d'automne, a pour sa part indiqué le porte-parole de l'OIT, Hans von Rohland.

Immoral

Actuellement, aucun règlement ou loi ne fixe de limite à l'engagement de travailleurs temporaires. «Ce n'est pas illégal, mais c'est immoral», a souligné Dominique Deillon, responsable du second oeuvre chez Unia Genève. Des avancées ont été obtenues pour l'instant auprès de certaines communes.

Ainsi, Carouge et Vernier ont accepté de restreindre le travail temporaire à 10% sur les chantiers publics. Meyrin voulait leur emboîter le pas, mais a fait marche arrière au dernier moment, a regretté M.Sebastiao. Le syndicaliste souhaiterait également un geste de la Société suisse des entrepreneurs (SSE). (ats/nxp)

Créé: 20.08.2018, 13h20

Articles en relation

Syndicats: la règle des huit jours est «essentielle»

Suisse Selon l'ancien co-président d'Unia Vasco Pedrina, l'Union européenne cherche à remettre en question le principe même des mesures d'accompagnement. Plus...

Travail de nuit: le TAF donne raison à Unia

Suisse Le syndicat avait dénoncé les conditions sur le chantier du CEVA. Le Tribunal administratif est allé dans son sens. Plus...

Unia veut des hausses de salaires dans l'horlogerie

Suisse Le syndicat mène cette semaine des actions dans les régions horlogères en commençant par le Valais. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Barrière de röstis pour les initiatives alimentaires
Plus...