Pétrole toxique: pétition remise à Trafigura

GenèveL'ONG Public Eye reproche à Trafigura d'écouler au Ghana du carburant à haute teneur en soufre. Une pétition a été remise à l'entreprise.

Plusieurs entreprises établies en Suisse sont visées par la pétition.

Plusieurs entreprises établies en Suisse sont visées par la pétition. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une pétition dotée de près de 20'000 signatures et un conteneur d'air pollué du Ghana. Public Eye (ex-Déclaration de Berne) a signifié lundi à Genève à Trafigura ses protestations contre l'utilisation de carburants toxiques en Afrique.

La pétition appelle le négociant en matières premières à s'engager à ne vendre que des produits adaptés aux normes européennes. L'ONG avait publié en septembre un rapport dans lequel elle ciblait la vente de carburant à haute teneur en soufre en Afrique, très polluant. Elle visait plusieurs entreprises établies en Suisse, dont Trafigura qui a accepté lundi de recevoir la pétition.

Réaction du Ghana

Le gouvernement ghanéen a décidé de diviser dans quelques mois par soixante la teneur en soufre autorisée dans le diesel. L'ONG évoque une étape importante pour «protéger la santé des populations en Afrique de l'Ouest».

Public Eye reproche à Trafigura de justifier ses pratiques par les lois, pas adaptées selon elle, en vigueur dans plusieurs pays. Elle appelle à l'action les sociétés qui produisent et vendent ces carburants, les Etats exportateurs et les gouvernements de pays touchés.

Public Eye prend acte

Prenant acte dans un communiqué de l'action de protestation de Public Eye, Trafigura a indiqué «comprendre sa volonté d'attirer l'attention du public sur ce problème. En revanche, le groupe de négoce estime que sa demande a été remise à la mauvaise adresse.

Réel problème, la pollution dans les villes africaines requiert une approche intergouvernementale coordonnée nécessitant avant tout le soutien des gouvernements africains, note Trafigura. Il incombe à ces derniers de définir les normes en matière de carburant.

Trafigura ajoute avoir activement soulevé le problème auprès des gouvernements africains, de la Commission européenne et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le géant genevois du négoce, qui a plaidé pour des mesures multilatérales appropriées, suggère à Public Eye d'engager les discussions avec les gouvernements touchés par le problème. (ats/nxp)

Créé: 07.11.2016, 16h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...