Les blogueurs, ces autres stars du Salon de l'auto

Communication digitaleInvités sur les stands ou accrédités par Palexpo, instagrammeurs et youtubeurs sont devenus des figures incontournables de la manifestation.

Le youtubeur The Gloved Driver en train de filmer au Salon de l'auto 2019.

Le youtubeur The Gloved Driver en train de filmer au Salon de l'auto 2019. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans les allées du Salon de l’auto, impossible de les ignorer. Depuis cinq ans maintenant, les blogueurs, vlogueurs et autres influenceurs sont toujours plus nombreux à promener caméras et smartphones au milieu des journalistes. Un statut qu’ils considèrent légitime pour une place qu’ils revendiquent à coup de nombre d’abonnés, de vues sur YouTube, mais aussi d’expertise, pour certains. «Je suis là pour faire mon métier, insiste le Nantais Erwan de Nanteuil, alias The Gloved Driver en ligne. Je connais les voitures et en parle avec passion.»

Présent à Genève pour la deuxième année consécutive, Erwan fait partie des blogueurs à avoir «facilement» obtenu un sésame pour découvrir les stands durant les journées presse. Combien sont-ils au juste? Palexpo ne possède aucun chiffre précis les concernant. En revanche, l’organisateur rappelle qu’en 2017, la presse écrite représentait 32% des accréditations contre 26% pour les médias «100% web», catégorie à laquelle ils appartiennent. «Il y a dix ans, nous n'avions quasi aucun blogueur, souligne Marianne Gyger, responsable presse à Palexpo. Aujourd'hui ils sont principalement invités lors de la deuxième journée presse, la première étant traditionnellement réservée aux journalistes.»

Du blog ultra spécialisé

Caméra en mode selfie, phrasé jeune et décontracté, Erwan commence le tournage de sa première vidéo: «Préparateurs: le meilleur et le pire». Une revue parfois mordante de l'esthétique de certaines modèles. À l'aise à l'écran, le youtubeur semble connaître sur le bout des doigts les caractéristiques des voitures croisées le long de ses déambulations. «Ici, il y a plusieurs milliers de caméras pour vingt voitures stars, souligne le «Conducteur ganté». Pour se démarquer, il faut compter sur sa personnalité, une réelle passion pour la matière et ne pas hésiter à se pencher sur les à-côtés.» Mise en ligne un jour après, la vidéo dépassera les 100’000 vues une semaine plus tard. Un bon score pour ce youtubeur aux 16’000 abonnés. «En France, il existe quatre ou cinq blogueurs spécialisés en voitures de renom. J’aimerais en faire partie.»

Au détour d’une allée, Erwan croise Alex Molik - 40’000 abonnés sur YouTube - puis Seb Delanney - 170'000 abonnés - et son partenaire Drive with Kol. Les stars du web sont bien présentes à Genève. Invitées par des marques pour la plupart d’entre elles. Un statut qui plaît à Erwan, et tant pis pour son indépendance. «Vivre de YouTube sans partenariats ou contenus sponsorisés est aujourd'hui quasi impossible. Je suis ici à Genève pour démarcher les constructeurs en espérant collaborer avec l'un d'entre eux dès l'année prochaine.» Et le Nantais d'illustrer ses propos avec un chiffre fort: une vidéo visionnée 300'000 fois rapporte environ 500 euros.

Écologie plutôt que puissance moteur

Vu des stands, la requête d'Erwan n'a rien d'extravagante. Comme le rappelle le service de presse de Palexpo, la plupart des marques disposent aujourd'hui d'influenceurs engagés et rémunérés. En revanche, les profils «mode» et «lifestyle» sont privilégiés. Chez Maserati, l'influenceuse genevoise Eraedyla vante volontiers les matériaux «intégralement naturels» utilisés dans l'habitacle des voitures. Chez Honda, on sponsorise le Suisse-Allemand Rafael Beutl, ancien participant à l'émission télé le «Bachelor». «Le monde de l'automobile change et la communication avec, explique Noémie Richard, de l'équipe marketing de Honda. Aujourd'hui, il est de meilleur ton de parler écologie, design, technologie que puissance moteur. Les influenceurs «lifestyle» correspondent à ce message et nous permettent de parler à un public plus large, plus urbain.» Un service négocié en amont de la manifestation et dont Honda n'a pas souhaité communiquer les conditions.

Erwan s'approche du stand McLaren. L'heure est à la vidéo «coups de cœur». La 600LT Spider lui a tapé dans l’œil. Ses «600 cv», ses «sièges en carbone», ses échappements à hauteur d'aileron, la «brutalité» qu'elle laisse transparaître. «C'est pour ce genre d'expérience que je viens à Genève. S'asseoir dans des voitures uniques et montrer qu’on appartient à ce monde.» La rencontre de deux figures désormais incontournables du Salon, visionnée 27'000 fois.

(TDG)

Créé: 16.03.2019, 10h56

Articles en relation

Le Salon de l’auto se veut de plus en plus ludique

Transport Réalité virtuelle, séance photos ou jeu vidéo… Les attractions pour attirer les visiteurs se multiplient sur les stands de Palexpo. Plus...

Le Salon de l’auto dévoile une édition électrique

Foire La plupart des constructeurs se lancent dans la voiture électrique ou étoffent les gammes existantes. Le véhicule type de demain sera un SUV connecté à propulsion. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Notre-Dame de paris en flammes
Plus...