Le meurtre des Charmilles pousse la Ville à agir

PréventionUn travailleur social hors murs sera dédié spécifiquement au quartier de l’Europe et les 15-25 ans auront leur local.

Le quartier de l'Europe abritera bientôt un local pour les 15-25 ans.

Le quartier de l'Europe abritera bientôt un local pour les 15-25 ans. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rarement des mesures auront été prises aussi vite par une administration. Huit semaines après le meurtre de Chris, ce jeune de 22 ans poignardé dans le parking souterrain de Planète Charmilles, la Ville annonce une série de dispositions pour le quartier. Parmi les plus significatives: l’engagement d’un travailleur social hors murs (TSHM) dédié spécifiquement au quartier de l’Europe et l’ouverture d’un local pour les 15-25 ans du jeudi au samedi.

Ces actions ont été présentées jeudi soir à l’Espace 99 à l’occasion de la deuxième rencontre entre Esther Alder, magistrate chargée de la Cohésion sociale, et les habitants. «Le drame récent qui a endeuillé le quartier nous oblige à mettre un coup d’accélérateur dans nos pratiques», a déclaré la conseillère administrative devant la septantaine de personnes qui ont répondu à l’appel.

Suite au meurtre, Esther Alder avait été interpellée par de nombreux résidents de l’Europe sur la problématique des jeunes. La magistrate avait alors tenu à rencontrer les habitants pour trouver ensemble des solutions à l’insécurité.

Local encadré par des jeunes

Lors de la séance de janvier, les représentants de la Ville ont essentiellement écouté les revendications des personnes présentes. Jeudi soir, l’heure était à la concrétisation de leurs demandes.

«La priorité a été mise sur le local pour les jeunes», précise la magistrate. La pression pour la création d’un tel lieu était forte. L’association Europe-Charmilles le réclame depuis plus de six ans. Sa requête se concrétisera enfin au mois de mai.

Pour déterminer les modalités du futur espace, les intervenants de la Ville ont sondé une quarantaine de jeunes. Beaucoup voulaient un local ouvert 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Leurs souhaits ont été revus à la baisse. L’espace aménagé dans la grande salle de l’Espace 99 sera mis à leur disposition du jeudi au samedi de 16 h à 22 h.

Au-delà des règles usuelles à respecter dans un bâtiment public, les jeunes auront carte blanche. «Ils décideront ensemble de ce qu’ils souhaitent faire dans ce lieu et édicteront une charte de fonctionnement», précise Stéphanie Pédat, adjointe de direction au Service de la jeunesse.

Les futurs occupants ne seront pas livrés à eux-mêmes pour autant. Un travailleur social hors murs et deux moniteurs – des jeunes du quartier – seront engagés pour encadrer la nouvelle structure. La Ville compte également sur le TSHM pour répondre «aux besoins et demandes sociales des jeunes présents dans le quartier».

Ce nouvel acteur est fortement attendu. Pour l’heure, une seule travailleuse sociale hors murs couvre l’immense secteur de l’Europe, des Charmilles, des Ouches, de Saint-Jean et de la Servette. «Nous sommes largement sous-dotés en travailleurs sociaux hors murs par rapport à d’autres communes et aux besoins sur le terrain», reconnaît Esther Alder.

Pour procéder à ces engagements, la magistrate a utilisé la petite marge de manœuvre dont jouit son département pour des postes auxiliaires. «Compte tenu de l’enjeu, j’espère bien convaincre le Conseil municipal de la nécessité de pérenniser ces postes», souligne-t-elle.

Situation préoccupante

Si les intervenants socioculturels présents jeudi soir se réjouissent de ces mesures, plusieurs ne cachent pas qu’elles ne suffiront pas pour enrayer les problèmes du quartier. «Certains jeunes ne viennent pas dans nos structures, il faut aller les chercher et tisser des liens avec eux, observe Violeta Hodgers de la Maison de quartier de la Concorde. Mais un travailleur social hors murs ne peut pas faire seul la tournée des préaux et des ruelles à 23 h. Encore moins si c’est une femme.»

L’animatrice souligne que la situation actuelle est préoccupante. «Dernièrement, au moins trois habitants se sont fait agresser aux Ouches, relate-t-elle. Les faits sont là. Et suite aux tabassages de Saint-Jean, les gens ont peur.»

Créé: 16.03.2019, 09h03

Articles en relation

Après le meurtre de Chris, tout un quartier se mobilise

Charmilles À l’initiative de la Ville, une centaine de personnes ont débattu sur les besoins du quartier, jeudi à l’Espace 99. Plus...

Pour Chris et contre la violence, une marée d’humanité traverse la ville en silence

Recueillement Réunissant 4000 personnes, une marche blanche a rendu hommage au jeune homme de 22 ans poignardé le 19 janvier aux Charmilles. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...