Le Léman Express manque de trains en état de marche

MobilitéMalgré des mesures correctives, le réseau aura encore besoin de «quelques semaines» pour se stabiliser.

Des suppressions de trains ou des circulations en formation réduite (une seule rame, au lieu de deux accouplées) restent à prévoir encore «ces prochaines semaines».

Des suppressions de trains ou des circulations en formation réduite (une seule rame, au lieu de deux accouplées) restent à prévoir encore «ces prochaines semaines». Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les CFF et la SNCF prennent des mesures pour régler «au plus vite» les soucis rencontrés, avec une acuité accrue depuis deux semaines, sur le nouveau réseau Léman Express. Les deux entreprises ainsi que leur filiale commune, Lémanis, ont confirmé jeudi soir dans un communiqué la création d’une «task force transfrontalière […] pour améliorer rapidement la situation», ainsi que la «Tribune de Genève» venait de le révéler. «Quelques semaines seront cependant nécessaires pour aboutir à une exploitation stabilisée», précise toutefois le texte.

Le premier souci du réseau est l’indisponibilité de rames fonctionnelles en suffisance pour assurer le service, précisent les opérateurs. La circulation sur un réseau transfrontalier de deux types de trains, issus de constructeurs différents (les 23 Flirt du suisse Stadler achetés par les CFF et les 17 Regiolis du français Alstom acquis par la Région Auvergne-Rhône-Alpes), constitue «une situation inédite en Europe» et «soulève des problèmes techniques en cours de résolution au sein des centres d’entretien d’Annemasse et de Genève». «Ce sont des dysfonctionnements qu’on ne pouvait pas démasquer en amont de la mise en service et qui ne sont pas forcément graves, commente Céline Monteiro, au nom de Lémanis. Nous y remédions en étroite collaboration avec les constructeurs.»

Malgré ces efforts, des suppressions de trains ou des circulations en formation réduite (une seule rame, au lieu de deux accouplées) restent à prévoir encore «ces prochaines semaines». Il est rappelé que le tronçon principal du réseau, en plus des convois du Léman Express, est aussi desservi par les trains à deux étages RegioExpress qui s’arrêtent dans les stations principales (Coppet, Cornavin, Pont-Rouge, Eaux-Vives, Annemasse).

L’autre cause majeure des problèmes est à trouver, selon le communiqué, dans «l’application de processus d’exploitation transfrontaliers propres à chaque entreprise». Par ailleurs, on note des causes externes comme des accidents de personne ou des heurts avec le gibier. Le cumul de ces événements explique la suppression de 20 trains en moyenne par jour sur les 240 prévus, précise le communiqué. Pour améliorer l’offre, «des mesures communes, correctives et rapides seront appliquées et testées ces prochains jours», promettent les opérateurs en remerciant les voyageurs de leur patience.

Créé: 30.01.2020, 18h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...