Deux salles de concert sous le Bois-de-la-Bâtie

Lieux nocturnesLe projet présenté en 2010 a enfin obtenu le feu vert du Canton. Mais son financement est loin d’être gagné.

Un ancien réservoir d’eau logé sous le Bois-de-la-Bâtie pourrait être transformé en salles de concert.

Un ancien réservoir d’eau logé sous le Bois-de-la-Bâtie pourrait être transformé en salles de concert. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On n’y croyait plus. Deux ans après avoir déposé la demande, la Ville vient enfin d’obtenir le feu vert du Canton pour la transformation en salles de concert de l’ancien réservoir d’eau situé sous le Bois-de-la-Bâtie. Aucune opposition n’a été déposée durant le délai référendaire. Rémy Pagani, conseiller administratif chargé des travaux, espère soumettre une demande de crédit au Conseil municipal avant l’été. Si tout va bien, les travaux pourraient débuter dans le courant de 2019. Et le nouveau lieu nocturne de 500 m2 ouvrir l’année suivante.

Ça, c’est le scénario idéal du magistrat d’Ensemble à Gauche. Dans la pratique, les choses s’avèrent (comme souvent) un peu plus compliquées. Entre 2010, année des premières études, et aujourd’hui, le contexte a changé. Le Moulin à Danses, à qui la Ville avait promis l’exploitation de la future salle suite à la fermeture d’Artamis, vient de déposer le bilan (lire ci-dessous). Or, le projet avait été conçu précisément pour répondre aux besoins de l’association. Pourra-t-il satisfaire les exigences d’autres exploitants? Rémy Pagani assure qu’il garde toute sa pertinence compte tenu du «manque cruel de lieux nocturnes». Un appel à projets sera lancé en temps voulu, précise-t-il.

Projet à 7 millions de francs

Si la transformation du réservoir a reçu l’aval du Canton, son financement n’est en revanche pas garanti. Pour des raisons de sécurité et d’acoustique, une nouvelle enveloppe devra être construite à l’intérieur même du réservoir. Deux salles de concert, une grande de 350 m2 et une petite de 90 m2, y seront aménagées. Le conseiller administratif n’a pas voulu se prononcer sur le coût des travaux, mais il parlait en 2010 d’un investissement de 7 millions de francs. Il y a fort à parier que le montant n’a pas baissé depuis. La majorité des conseillers municipaux seront-ils prêts à octroyer une telle somme pour la création d’un nouveau lieu nocturne?

Des municipaux dubitatifs

Un rapide tour des chefs de groupe montre que la bataille est loin d’être gagnée. Même à gauche, on s’interroge sur ce projet qui a pris quelques rides. «On ne crée pas une salle en ne sachant pas pour qui et pour quoi elle est destinée, relève la socialiste et programmatrice musicale Albane Schlechten, qui précise qu’elle parle en son nom. J’ai l’impression que d’autres lieux pourraient être aménagés à moindres frais et qu’il serait plus opportun de soutenir des collectifs qui ont des projets aujourd’hui.»

À droite, on s’étrangle carrément sur le montant évoqué. «Sept millions? Cela paraît énorme, c’est plus cher que du neuf!» s’exclame le MCG Daniel Sormanni. «Vu les difficultés financières de la Ville, je ne pense pas que nous serons très favorables à ce projet, mais il faudra l’étudier en détail», confie de son côté l’UDC Pierre Scherb. Le démocrate-chrétien Alain de Kalbermatten estime pour sa part que «le projet arrive un peu tard» mais «demande à voir». Quant à la libérale-radicale Patricia Richard, elle doute sur l’emplacement du lieu: «Comment les jeunes iront-ils là-bas? Très franchement, je ne suis pas convaincue.»

Côté desserte, Rémy Pagani a son idée. Il rêve d’un ascenseur aménagé sur le quai des Péniches. L’installation permettrait de rejoindre à la fois la future voie verte à la hauteur du pont ferroviaire et la nouvelle discothèque, située un étage au-dessus. Le quai des Péniches servirait, lui, de parking. L’édile compte présenter ce deuxième projet au Conseil municipal en même temps que la transformation du réservoir.


«Le MàD n’est pas mort»

Cela faisait partie du marché passé avec la Ville. En 2012, le Moulin à Danse (MàD) accepte de déménager de la rue du Stand à Châtelaine avec la promesse d’être relogé sous l’un des réservoirs du Bois de la Bâtie rapidement. Mais le projet prend du retard. Excentré, le MàD ne survit pas. Le 31 janvier 2018, l’association dépose le bilan. Fâcheuse coïncidence, ce même mois de janvier, l’État octroie à la Ville l’autorisation de construire pour la transformation du réservoir de la Bâtie. «Cette autorisation aurait déjà dû arriver il y a deux ou trois ans, fulmine Claude Villa, coopérateur du MàD et ancien président. Si le planning avait été respecté, le MàD n’aurait pas connu tous ces déboires.» Est-il réellement mort aujourd’hui? «La flamme n’est pas complètement éteinte», répond Claude Villa. Un petit groupe de coopérateurs tente de récupérer le nom de «Moulin à Danse» pour recréer une nouvelle entité. Seraient-ils toujours intéressés par la Bâtie? «Je ne sais pas, tout est à recommencer, il faudrait créer une nouvelle dynamique et pour l’instant nous sommes encore sous le choc du dépôt de bilan, confie l’ancien président. Mais aucune structure ne remplace aujourd’hui le MàD. Nous étions les seuls à réinvestir la totalité des bénéfices du bar dans des événements culturels.» C.G. (TDG)

Créé: 20.02.2018, 19h45

Articles en relation

Le MàD dépose le bilan: la fête a duré quarante ans

Vie nocturne Exsangue, sans soutien, la société coopérative se déclare en faillite. La fin d’une aventure de danse, de musique et de culture. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Aéroport: un vol toutes les 87 secondes en 2030
Plus...