Deux Genevoises primées au Swiss influencer award

Marketing digitalDans un marché fortement marqué par le Röstigraben, Elvira Legrand et Valentine Caporale ont su s'imposer en terre zurichoise.

Elivra Legrand (à g.) et Valentine Caporale (à dr.) lors du Swiss influencer award.

Elivra Legrand (à g.) et Valentine Caporale (à dr.) lors du Swiss influencer award. Image: C. Legrand

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n'était pas gagné d'avance. Surtout que le concours se tenait en Suisse alémanique. Mais Elvira Legrand - @elviralegrand sur Instagram - et Valentine Caporale - @valentine_caporale - ont toutes les deux été primées jeudi soir au Volkhaus de Zurich, lors du premier Swiss influencer award. Avec 511'000 abonnés pour l'une et 75'000 pour l'autre, elles se sont respectivement imposées dans les catégories «Fashion» et «Famille» d'un concours qui réunissait quelque 80 influenceurs de tout le pays.

À lire aussi: Le métier d’influenceur, une affaire de famille

«C'était une vraie surprise pour moi, commente Elvira Legrand. Les Alémaniques étaient forcément plus connus des organisateurs et du jury et je pensais qu'on passerait après.» Chiffre à l'appui, l'influenceuse rappelle que seulement 9% des ses abonnés suisses sont Zurichois. «Et encore, c'est un bon score pour une Romande, analyse la Genevoise. Les réseaux sociaux reflètent finalement bien l'organisation d'un pays. Et sur Instagram comme dans la vraie vie, le Röstigraben est une réalité.»

Une impression confirmée par Bertrand Saillen, directeur associé de l'agence digitale Debout sur la table. Pour le spécialiste romand du marketing d'influence, la barrière de la langue reste un défi majeur pour les instagrammeurs et autres blogueurs du pays - Elvira Legrand travaille en anglais, Valentine Caporale en français. Si bien que les marques font souvent appel à un influenceur romand plus un influenceur suisse alémanique au moment de se lancer dans une campagne à l'échelle du pays. «Elles ont l'habitude de fonctionner ainsi, commente l'expert. Si bien que je ne vois pas les choses évoluer dans une autre direction. Il existe bien sûr des personnalités suisses à l'aura nationale, à l'image d'un Federer ou d'un Wawrinka. Mais les célébrités du digital se sont construites selon des codes d'expression difficilement transposables, très ancrés dans la culture française d'un côté et allemande de l'autre.»

Elvira Legrand ne perd pas pour autant espoir et souligne que les manifestations nationales, à l'image du Swiss influencer award, devraient lui apporter un «coup de pouce bienvenu» dans sa carrière. «Je travaille aujourd'hui avec de grandes marques comme Nespresso et je sais que ma petite communauté zurichoise est un plus apprécié.» Le temps d'une soirée, l'influenceuse a gagné 200 nouveaux abonnés.

Créé: 21.06.2019, 17h48

Articles en relation

Le métier d’influenceur, une affaire de famille

Genève Afin de répondre aux attentes des marques en ligne, Elvira et Charles Legrand ont su unir leurs forces pour proposer un package tout public. Leur bébé a rejoint depuis peu l’entreprise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.