Passer au contenu principal

Votations du 29 novembreGenève veut rendre leurs droits politiques à 1200 handicapés

Sur décision de justice, des personnes jugées sans capacité de discernement sont privées de participation à la vie politique. Le Grand Conseil veut que ça change.

Les opposants craignent que certains votent à la place de ceux qui retrouveraient leurs droits politiques si la réforme constitutionnelle est acceptée par les Genevois le 29 novembre.
Les opposants craignent que certains votent à la place de ceux qui retrouveraient leurs droits politiques si la réforme constitutionnelle est acceptée par les Genevois le 29 novembre.
Lucien Fortunati

Le 29 novembre, les citoyens genevois se prononceront sur une modification de la Constitution qui, si elle est acceptée, rendrait à environ 1200 personnes souffrant d’un handicap l’entier de leurs droits politiques au niveau cantonal et communal. Sont concernés des gens qu’une autorité judiciaire a estimés durablement incapables de discernement et qui sont pour cela également placés sous curatelle de portée générale. La réforme a été adoptée par le Grand Conseil le 27 février 2020 par 56 oui contre 32 non (une partie du PLR, de l’UDC et le MCG) et 2 abstentions. Elle est soutenue par le Conseil d’État.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.