Condamné à mort à 103 ans pour haute trahison

100 ansQue lisait-on dans «La Tribune» il y a cent ans? Notre série d’été.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a un siècle, comme de nos jours, mais dans une moindre mesure, «La Tribune de Genève» procède à des reprises d’autres journaux. Le rédacteur d’un article traite un sujet dont l’information première vient d’un autre journal. C’est le cas dans l’édition de ce dimanche 11 août 1918. En page 3, on peut lire, sous le titre «Condamné à mort à 103 ans», l’entrefilet suivant: «Selon La Grazer Tagespost (un journal austro-hongrois), un vieillard de 106 ans vient de mourir dans l’asile d’aliénés de Sibenik, en Croatie. Il était né dans la province des Bouches de Cattaro. Au commencement de la guerre, son fils fut fusillé et le vieux fit alors une déclaration qui fut qualifiée de haute trahison. Il avait alors 103 ans et a été condamné à mort par pendaison, mais il a finalement été gracié et sa peine commuée en quinze ans de travaux forcés. Il devint fou et finit ses jours dans l’asile d’aliénés.» Une rude épreuve pour ce vieillard dont on convient volontiers qu’il ait été rattrapé par la folie.

On apprend dans l’article d’à côté que la diminution des naissances prend de graves proportions en Allemagne – information reprise encore, mais sans citer la source cette fois. «La presse allemande toute entière s’alarme fortement de cet état de choses et manifeste de vives appréhensions pour l’avenir du pays.» Une inquiétude bien légitime quand on pense aux 13 250 000 soldats allemands mobilisés sur le front. Mais d’eux, l’article ne pipe pas mot. Seraient-ils la source du problème?

Autre registre dans la chronique locale de cette édition d’août. On découvre une singulièrement longue suite de nouvelles judiciaires. Elles en disent long sur la justice de l’époque. Petit florilège. «Fernand Ducrocq, 28 ans, déserteur français, a volé de la graisse à la société suisse de surveillance économique. La graisse ayant été rendue, Ducrocq n’en est pas moins condamné à sept mois de prison et six ans d’expulsion.» On ignore la quantité de graisse, mais la peine est sévère.

Pas de sursis non plus pour François Veuillet, qui «a volé du lard aux CFF: un mois de prison, dix ans d’expulsion». Quant à René Daiz, «Genevois de 18 ans qui a dérobé un billet de cinquante francs à Mme Rosa Levet, il écope d’un an d’internement dans une maison de travail».

La suite n’est pas moins cocasse: «Georges Krebs a profité de ce qu’il réparait la caisse enregistreuse de M.Bressler pour y prendre 110 francs. Comme il nie tout, il sera jugé par le jury.» Ou encore: «Louis Chevalier, déserteur français qui a forcé des clapiers et volé des lapins, est condamné par défaut à un an de prison et à douze ans d’expulsion.» Un siècle plus tard, on se demande combien cela ferait en jours-amendes.

(TDG)

Créé: 10.08.2018, 16h50

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.