«Je n'ai pas de thunes, j'utilise mes taxis pour faire ma pub»

Election du Conseil d'EtatPierre Jenni, président de Taxiphone, a déjà convaincu une vingtaine de collègues de promouvoir sa candidature au Conseil d'Etat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Les autres partis ont les moyens de s'acheter des espaces sur les trams et les bus, moi je n'ai pas de parti, alors j'ai décidé d'afficher mon portrait sur la portière des taxis.» Depuis quelques jours quatre voitures arborent la tête de Pierre Jenni, candidat indépendant au Conseil d'Etat, dont l'élection a lieu les 6 octobre et 10 novembre prochains.

Le bouillant président de la société Taxiphone assure avoir déjà reçu le feu vert d'une vingtaine de chauffeurs, il espère en convaincre une cinquantaine d'ici le début septembre. Il n'a pas demandé d'autorisation particulière. «Le Conseil d'Etat a renoncé à l'obligation d'une couleur particulière pour les taxis», dit-il, s'attendant toutefois à une interpellation de la Chancellerie. Contactée celle-ci renvoie au Département de la sécurité la délicate question de l'affichage politique payant.

L'Office des automobiles n'a rien à redire à cette affichage. L'article 69 de l'ordonnance fédérale sur les véhicules à moteur précise que «les inscriptions et peintures appliquées sur les véhicules ne doivent pas distraire outre mesure l’attention des autres usagers de la route». «Tant que l'affiche n'est pas fluorescente ou illuminée ou chromée, elle ne serait pas un danger potentiel pour les autres usagers qu'elle pourrait distraire», dit un préposé du service. Pas d'objection non plus du côté du Service du commerce. Les articles 38 de la loi sur les taxis et 66 de son règlement disposent que les taxis peuvent apposer une enseigne pour eux-mêmes ou pour des tiers pour autant que la surface de l'annonce ne dépasse pas 40% de la surface du véhicule, vitres comprises, mais toit exclu.

Libérer les voies de tram et réaliser deux traversées de la rade

Pierre Jenni ne roule pas que pour lui. Sa première mesure s'il est élu dans le fauteuil de Michèle Künzler, le seul qu'il vise, «ce sera de supprimer la plupart des obstacles qui empêchent de rouler sur les voies de tram. Je reviens de Zurich, on y circule bien, notamment parce que l'on peut dépasser une colonne à l'arrêt pour bifurquer dans une rue adjacente en emprunter les voies de tram sur quelques dizaines de mètres. Cette manœuvre n'entrave pas le trafic. Une ligne blanche discontinue est suffisante. Les sites propres doivent être conservés là où c'est vraiment indispensable», dit l'homme qui se classe dans la frange libérale, limite libertaire de l'échiquier politique. Mais qui adore aussi son vélo couché, assure être un écolo convaincu dans sa vie quotidienne et a été le premier à introduire des voitures mixtes.

Patron d'une petite flotte de quatre taxi, Pierre Jenni milite aussi pour deux traversées du lac: «La grande, on ne la verra pas avant 2050, la petite que promeut une initiative de l'UDC, est indispensable rapidement. Elle soulagera le pont du Mont-Blanc qui a par ailleurs un sérieux besoin de rénovation.»

Pierre Jenni dit n'appartenir à aucun parti. Il espère séduire les déçus de la politique. Son père, Hermann, fut un ancien député au Grand Conseil genevois et candidat au Conseil d’Etat en 1980 sous la bannière de Vigilance. Sur son site de campagne, il aborde sa «vision d’un monde meilleur» à travers l’urbanisme, la mobilité, l’écologie, l’ère numérique ou encore les philosophies et spiritualités, où il se permet «de rêver à haute voix». Pierre Jenni y donne une vision idéale, mais se décrit comme «pragmatique». (TDG)

Créé: 19.08.2013, 17h03

Articles en relation

Pierre Jenni se présente en indépendant au Conseil d’Etat

GE13 Le président de la société Taxiphone a fait de la mobilité son cheval de bataille. Plus...

Les candidats au nom exotique risquent plus de coups de crayon

Elections 2013 Une étude zurichoise démontre que les candidats au nom exotique sont davantage biffés et moins souvent rajoutés. Plus...

Les partis vont dépenser 2,6 millions pour élire 100 députés

Elections 2013 C'est 15% de plus qu’en 2009. La «Tribune de Genève» a épluché leurs comptes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...