Bras de fer entre l’Etat et Avusy pour une gravière

AménagementLa commune se bat depuis des lustres contre une gravière illégale. Le Conseil d’Etat préfère régulariser ses activités.

La mairie d'Avusy. La commune lutte depuis des lustres contre une gravière illégale.

La mairie d'Avusy. La commune lutte depuis des lustres contre une gravière illégale. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous nous battrons jusqu’au bout, quitte à lancer un référendum.» René Jemmely, le maire d’Avusy, n’abandonnera pas la bataille que mène sa commune depuis des lustres. C’est ainsi qu’il réagit à l’annonce faite par le Conseil d’Etat cet après-midi. Ce dernier veut créer une zone industrielle pour régulariser les activités de la Sablière du Cannelet SA.

Longtemps active dans l’extraction de sable et de gravier, cette entreprise s’est spécialisée dans le traitement de déchets de chantiers. Problème: elle déploie ses activités dans la zone agricole, ce qui n’est pas licite. Le Tribunal fédéral l’a reconnu il y a 19 ans déjà, à la suite d’un recours de la commune. Mais la situation n’a pas changé.

«On nous avait promis qu’elle serait déplacée dans la zone industrielle du Bois-de-Bay, ce qui n’a jamais été fait», déplore le maire, qui dénonce l’inertie du gouvernement cantonal dans ce dossier.

Aujourd’hui, le Conseil d’Etat a décidé d’agir, mais pas dans le sens espéré par Avusy. Il propose de créer une zone industrielle sur les 25 hectares occupés par la Sablière, histoire de légaliser ses activités.

Pour le gouvernement, la présence d’une telle installation «revêt une importance stratégique», comme il l’a rappelé en 2013 dans un rapport au Grand Conseil. Ces lieux de recyclage, peu nombreux à Genève, doivent absorber la forte production de déchets minéraux liée à la construction; il est difficile de s’en passer.

«La Sablière génère un fort trafic de poids lourds, relève René Jemmely pour expliquer l’opposition de la commune. Il n’y aucune raison de créer une telle zone industrielle en plein champ pour une seule entreprise.» Le maire va faire du lobbying auprès des députés pour faire capoter le projet. «S’il est accepté, nous sommes prêts à lancer un référendum.»

Rénovation de Budé

Lors de sa séance d’aujourd'hui, le Conseil d’Etat a aussi décidé de lancer la deuxième étape de la rénovation du cycle de Budé, au Petit-Saconnex. Il va demander un crédit de 24,7 millions de francs au Grand Conseil. Ces travaux permettront de mettre le bâtiment aux standards actuels en termes d’efficience énergétique, d’usage et d’équipements pédagogiques.

(TDG)

Créé: 21.09.2016, 17h48

Articles en relation

Mais que font des bidons d’acide dans la gravière d’Avusy ?

Pollution Des bidons d’acides entreposés à l’air libre en campagne genevoise choquent un lecteur d’Athenaz. Le responsable de la ville en charge des gravières se veut rassurant. Plus...

Deux gravières genevoises non-conformes depuis plus de quarante ans

Environnement Les anciennes gravières d’Avusy et de la Petite-Grave retraitent des déchets de chantier en zone agricole. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...