Passer au contenu principal

Tensions en politiqueFronde antisexiste chez les Vertes

Plusieurs élues écologistes dénoncent un sexisme latent au Grand Conseil. L’une d’elles vient de démissionner.

Photo d’illustration
Photo d’illustration
Georges Cabrera

Une députée Verte vient de claquer la porte du parlement. Âgée de 31 ans, Paloma Tschudi dénonce un climat sexiste au sein du parlement mais aussi de son propre parti, lequel a pris des mesures. L’élue n’est de loin pas la seule à pointer du doigt une atmosphère parfois décrite comme toxique, à l’interne comme dans les relations avec les autres partis.

Enseignante, Paloma Tschudi a démissionné après avoir souffert de certaines attitudes à l’interne de son groupe. Liée à son profil, selon elle. «J’ai bien senti qu’en tant que jeune et femme, on me faisait régulièrement passer le message que je n’avais pas tout compris à un dossier. Des actes paternalistes, parfois même devant tout le monde ou sur les réseaux sociaux. Même sur une thématique que je maîtrisais, et que j’avais traitée en commission, on me faisait comprendre que je n’avais pas adopté la bonne position.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.