Passer au contenu principal

EnvironnementFribourg compte interdire les sacs en plastique à usage unique

Une motion demandant l’interdiction des sacs en plastique à usage unique à Fribourg a recueilli un très large soutien, mais elle ne devrait pas entrer en vigueur avant trois ans.

Les sacs en plastique à usage unique contribuent à l’essor du phénomène du «littering», à savoir de la prolifération des déchets sauvages (archives).
Les sacs en plastique à usage unique contribuent à l’essor du phénomène du «littering», à savoir de la prolifération des déchets sauvages (archives).
KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Le Grand Conseil fribourgeois a accepté jeudi une motion demandant l’interdiction des sacs en plastique à usage unique sur le territoire cantonal. La concrétisation ne devrait toutefois pas intervenir avant trois ans et la révision d’autres textes.

Les députés ont avalisé la motion par 88 voix et 5 contre. Le texte, soutenu par le Conseil d’Etat, émane des députés vert-libéral Ralph Alexander Schmid et démocrate-chrétien Hubert Dafflon, qui veulent interdire la mise à disposition gratuite de sacs en plastique à usage unique dans les lieux de vente du canton.

La motion a recueilli un très large soutien, à l’instar de la députée PDC Gabrielle Bourguet, qui a appelé à lui donner un «grand oui». Seule une «infime» partie des sacs en plastique est traitée (12% incinérée, 9% recyclée), le reste finissant en décharge, dans les océans ou encore dans les sols, indique le texte.

5000 tonnes

L’impact sur la faune et la flore est reconnu et celui sur la santé apparaît. «En Suisse, la contamination par les microplastiques est une réalité, tant dans nos lacs que dans le sol», ont relevé les deux motionnaires. Selon Hubert Dafflon, «les solutions cantonales paraissent privilégiées en l’état à une solution fédérale».

Il faudra toutefois attendre pour la concrétisation, même si des commerces ont déjà agi. Le Conseil d’Etat a proposé de l’intégrer dans le cadre de la révision générale de la loi cantonale sur la gestion des déchets (LGD) et du plan de gestion des déchets (PGD), dont les travaux viennent de commencer et devraient durer trois ans.

L’idée consiste à encourager les consommateurs à favoriser l’utilisation de sacs réutilisables et les commerçants à éviter les emballages plastiques. En Suisse, près de 5000 tonnes de plastique sont dispersées dans l’environnement chaque année et la pollution est bien plus importante sur et dans les sols que dans les eaux.

Genève pionnier

La situation évolue par l’action même du commerce de détail. Les distributeurs ont indiqué en octobre vouloir bannir d’ici à fin 2020 les sacs plastiques gratuits, concrétisant un accord de branche signé en 2016 et visant à réduire la consommation de sacs jetables à usage unique.

Chez Coop, Migros et Manor, trois acteurs majeurs du secteur, la mesure est entrée en vigueur au 1er janvier dans toutes les succursales et les marchés spécialisés. Des sacs plastiques restent toutefois à disposition des consommateurs, mais ces derniers devront les payer.

Ailleurs, Genève a fait œuvre de pionnier en interdisant au 1er janvier les sacs en plastique gratuits aux caisses des enseignes sur le territoire cantonal. Le Grand Conseil avait décidé d’agir de la sorte en mars 2019, estimant alarmante la pollution par les résidus de plastique. Le Valais est en passe aussi de le faire.

ATS/NXP