Passer au contenu principal

Le fantaisiste a encore frappéFrançois Morel, ce type inutile dont nous aurons toujours besoin

L’acteur publie un «Dictionnaire amoureux de l’inutile». De la moustache de Jean Rochefort au slip en bonbon, tout un gracieux manuel de survie.

François Morel, toujours perché sur le fil de l’absurde, est désormais encyclopédiste et auteur du «Dictionnaire amoureux de l’inutile».
François Morel, toujours perché sur le fil de l’absurde, est désormais encyclopédiste et auteur du «Dictionnaire amoureux de l’inutile».
AFP / JOEL SAGET

Confiné dans l’île d’Arz dans le Morbihan, 3 km de long et autant de large, François Morel poétise volontiers avec les vaches et les mouettes. L’humeur iodée, le comédien y répète son dernier spectacle musical, «Tous les marins sont des chanteurs», la geste du naufragé Yves-Marie Le Guilvinec. «Si les Suisses m’invitent, je viens, j’aime bien vos salles, Meyrin, Morges, prévient-il. Mais en ce moment, rien ne se joue nulle part. Je suis en jachère. Un acteur sans scène, ça ne sert à rien.»

Pas tout à fait. Pour preuve, François Morel publie «Le Dictionnaire amoureux de l’inutile» chez Plon. De la moustache de Jean Rochefort aux cocottes en papier ou à la fossette de Kirk Douglas, l’acteur répertorie le futile si essentiel à l’existence. De quoi le promouvoir encyclopédiste. Il éclate de rire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.